El català septentrional i l'occità meridional vistos des de l’Atlas Linguistique des Pyrénées Orientales

par Claude Balaguer

Projet de thèse en Etudes catalanes et transfrontalières

Sous la direction de Joan Peytaví Deixona et de Ramon Sistac.

Thèses en préparation à Perpignan en cotutelle avec l'Universitat de Lleida , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 15-12-2015 .


  • Résumé

    La dialectologie est, de nos jours, une science qui a connu un déclin spectaculaire dans le panorama universitaire de beaucoup d’universités alors qu’elle a été une discipline très importante en Europe pendant plus de 70 ans, dès la deuxième moitié du XIXème siècle jusqu’à la première moitié du XXème siècle, comme en témoignent de nombreuses revues et atlas linguistiques. La Catalogne du Nord a possédé un certain nombre de linguistes et de dialectologues plus ou moins reconnus et prestigieux. Parmi tous ceux-ci, c’est Henri Guiter (Enric Guiter en catalan) qui occupe une place de premier ordre, de par ses recherches et études très nombreuses, mais surtout grâce à l’élaboration de l’Atlas Linguistique des Pyrénées Orientales (généralement désigné par son abréviation, ALPO), publié en 1966. Cet ouvrage, qui se démarque des autres atlas par le fait qu’il est quasiment exhaustif géographiquement en ce qui concerne l’espace nord-catalan, est le résultat d’enquêtes menées, pour la plupart personnellement ou parfois par certains de ses élèves, entre 1943 et 1951. Cette œuvre, malgré son ampleur et son intérêt potentiel pour la linguistique, n’est pas vraiment connue ni même utilisée dans la dialectologie catalane. La personnalité controversée et les divers articles et analyses parfois biaisés de son auteur ont probablement contribué à semer certains doutes sur la validité de l’ensemble de la production de ce linguiste roussillonnais. Cependant, l’ALPO est une source de premier ordre dans la connaissance de la variation dialectale du catalan septentrional. En outre, cet atlas présente une autre facette remarquable car y figure également une partie du territoire linguistique occitan des départements de l’Aude, de l’Ariège et des Pyrénées Orientales ; qui plus est Guiter s’est aussi intéressé à ce qui se passait de l’autre côté de la frontière d’état, enquêtant dans diverses localités des provinces de Girona et Lleida. Après la présentation de l’œuvre, nous essayerons de déterminer d’une part la variation dialectale du catalan septentrional d’un point de vue synchronique en le comparant bien évidemment au reste du catalan oriental et également à son voisin, l’occitan. Par ailleurs l’ensemble des données sera aussi observé avec une optique diachronique en analysant les changements qui l’ont affecté au fil du temps grâce aux comparaisons de tous les éléments en notre possession, essentiellement extraits d’autres atlas ayant étudié le même territoire, c’est-à-dire l’Atlas linguistique « Sacaze » des confins catalanolanguedociens de Georges J. Costa qui nous informe de la réalité linguistique de la Catalogne du Nord aux alentours de 1887, l’Atlas Linguistique de la France qui comprend 5 points du territoire nord-catalan visités aux alentours de 1900, l’Atlas Lingüístic de Catalunya (ALC), œuvre inachevée d’Antoni Griera, l’Atlas Lingüístico de la Península Ibérica (ALPI) pour lequel le valencien Manuel Sanchis Guarner visita les localités nord-catalanes en juin 1952, et enfin le plus récent l’Atles Lingüístic del Domini Català (ALDC), dirigé par le linguiste majorquin Joan Veny et dont les enquêtes ont eu lieu dans les années 1970 en Catalogne du Nord.


  • Pas de résumé disponible.