Une étude sur le XIXème siècle: la correspondance épistolaire de Carlo Botta (1802-1816)

par Ursula Manni

Projet de thèse en Etudes italiennes

Sous la direction de Luca Badini confalionieri et de Angelo Colombo.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Università degli Studi di Genova (sede amministrativa) , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble) depuis le 01-11-2015 .


  • Résumé

    1) INTRODUCTION Le but de ce projet de recherche est d'approfondir l'étude de la période napoléonienne en Italie, et notamment dans le Piémont, dans une perspective à la fois historique et littéraire. On a choisi d'aborder ce sujet et de revivre ces années cruciales à travers la correspondance de Carlo Botta (1766-1837), homme de lettres, historien et politicien piémontais. 2) LES LETTRES: THÈMES ET PROBLÉMATIQUE Carlo Botta vit en personne les événements de son époque, il en est témoin, interprète et protagoniste. Il s'engage dans la vie politique et il unit à la sensibilité littéraire la finesse de l'historien. Sa pensée, ses opinions, ses jugements sont un sujet d'étude approprié pour le domaine de la littérature comparée grâce aux liens qu'il établit avec la France. À côté des opinions politiques, les lettres de Carlo Botta contiennent de nombreux échanges avec savants, philosophes et poètes d'où l'on peut tirer d'importants éléments pour la reconstruction du contexte culturel italien et français de l'époque et d'intéressants débats sur la langue et le style. Habitué du milieu parisien des idéologues, comme le Prof. Luca Badini Confalonieri a indiqué dans ses études, Botta connaît, entre autre, Ginguené, Fauriel, Degérando, Denina e Marescalchi. Une lettre du 29 septembre 1806 à Modesto Paroletti1 témoigne de sa rencontre avec Giulia Beccaria et le jeune Alessandro Manzoni. Outre les destinataires français, Carlo Botta entretient une riche correspondance avec des intellectuels italiens de premier plan: de remarquables lettres sont adressées à Vincenzo Monti, au professeur Giovanni Rosini et aux intellectuels toscans du Giornale Enciclopedico de Florence; la correspondance avec les membres de l'Académie des Sciences de Turin est très importante. Nous avons enfin des lettres adressées aux amis et aux membres de sa famille, qui pourraient être utiles pour une compréhension plus complète de la dimension privée de la vie de Botta. La publication de cette correspondance aurait donc des retombées importantes dans plusieurs domaines: politique, historique, linguistique et littéraire. Cela pourra offrir du matériel pour examiner de plus près la vie des émigrants politiques italiens en France pendant les premières décennies du XIXème siècle, pour décrire les milieux culturels italiens dans la capitale française et pour préciser la participation de Carlo Botta aux débats des idéologues. D'un point de vue linguistique ce projet rendra possible une reconstruction plus précise des débats du XIXème siècle sur la langue et le style, ainsi qu'une étude de la langue de Botta et des considérations, synchroniques et diachroniques, sur les caractéristiques de la langue italienne et de la langue française de la période considérée. Le débat littéraire atteindra son sommet au moment de la querelle suscitée par le romantisme, à partir du janvier 1816. 3) LIMITES CHRONOLOGIQUES Auteur fécond et éloquent, Carlo Botta a écrit de nombreuses lettres portant sur différents sujets. Olga Ragusa affirme que, dans le cadre du projet de publication de la correspondance de Botta dirigé par Prezzolini à la Casa Italiana de la Columbia University, plus de 2000 lettres2 avaient déjà été collectées. Ces épitres datent du 1788 au 1837, année de la mort de l'écrivain. Les limites chronologiques de ce projet de recherche (1802-1816) ne sont pas choisies au hasard. Le 21 septembre 1802 le Piémont est annexé à la France: au mois d'octobre Botta doit se rendre à Paris, avec la délégation chargée de rendre hommage au Consul pour l'annexion, et ensuite il va exercer d'importantes fonctions dans le Corps législatif français. Cette expérience se termine au moment où le Corps législatif décrète la chute de Napoléon Bonaparte, en 1814, ce qui a pour conséquence la séparation du Piémont de la France. Cependant seulement en 1815 la bataille de Waterloo marque sa débâcle. On avait donc la possibilité de prendre en considération la période 1802-1815. L'attention à l'aspect littéraire, pourtant, m'a fait pencher pour le 1816, année de la querelle romantique, à laquelle Botta participe avec plusieurs lettres, parmi lesquelles la missive adressée à Ludovico di Breme, le 19 septembre 1816. 4) STATUS QUAESTIONIS, MATÉRIAUX ET SOURCES Les éditions, partielles, des lettres de Carlo Botta sont nombreuses. Aux lettres publiées s'ajoutent d'autres épitres jamais publiées, en copie ou autographes, disséminées dans plusieurs archives, surtout turinois, publiques et privées (les fonds d'archives Prior, Flechia, Capelli et “Nuovi acquisti” de la Bibliothèque Civique de Turin; l'Archive d'État de Turin; les recueils “Manno” et “Carrone” de la Bibliothèque de la Provence de Turin; les fonds Varia 263, 264, 265 et le fond Rigoletti de la Bibliothèque Royale; les bibliothèques de l'Académie des Sciences et du Musée du Risorgimento). Un bon nombre des lettres inédites sont gardées dans le fond Patetta de la Bibliothèque Apostolique Vaticane et d'autres sont disséminées dans un bon nombre de bibliothèques italiennes. Le point de départ pour le repérage des lettres de Botta, publiées ou inédites, est une étude bibliographique de Carlo Salsotto, Le opere di Carlo Botta e la loro varia fortuna, publiée en 1922. À celui-ci il faut ajouter un récent essai de Carla San Mauro (L'epistolario di Carlo Botta, Roma, Pioda, 2000) qui intègre et met à jour les informations offertes par Salsotto, en offrant un cadre assez précis du nombre et de l'emplacement des lettres dans les bibliothèques italiennes. À partir des données présentées par Salsotto et San Mauro, une évaluation initiale et provisoire des lettres de Botta concernant la période 1802-1816 a révélé un total de 109 épitres, dont 68 éditées et 41 inédites. Enfin, le susdit projet de la Casa Italiana de la Columbia University pourrait constituer une ressource précieuse si on pouvait en récupérer le matériel. Le projet, en fait, avait pour but l'édition, jamais aboutie, de l'entière correspondance de Carlo Botta. 5)CONCLUSIONS En conclusion, le résultat prévu est la publication d'une édition critique de la correspondance de Carlo Botta pour la période qui va du 22 septembre 1802 au 31 décembre 1816. Il est extrèmement important de rappeler que ce projet se place dans un contexte de recherche plus ample: une édition critique des lettres de Botta relative à la période 1788-1802 va bientôt être publiée par Luca Badini Confalonieri, professeur à l'Université de Turin. La publication, annoncée dans l'essai "Carlo Botta. Lettere 1788-1799", sera présentée avec un élargissement qui permettra d'inclure les lettres jusqu'au 21 septembre 1802. Mon travail va établir une continuité chronologique avec ce projet. 

  • Titre traduit

    A study on the XIXth century: Carlo Botta's letters (1802-1816)


  • Résumé

    1) INTRODUCTION The focal point of this research project is an in-depth study of the Napoleonian period in Italy, specified particularly in Piedmont region. As main research argument, it was chosen the analysis of Carlo Botta's epistolary correspondence. In order to fulfill this research topic, a historical and literary approach will be followed and their impact will be evaluated. 2) THE LETTERS: CHARACTERISTICS AND THEMES Carlo Botta (1766-1837) was a person of letters, other than an historian and a politician. He had personally witnessed the events that troubled Europe in the XIXth century. He interpreted them with his critical mind and he had a leading role in the extraordinary changes of the period he was living in. His particular position, between France and Italy, demonstrates the interest of this study not only in the field of Italian but also in the field of comparative studies. Carlo Botta received his doctorate degree from the University of Turin. However, he had later assigned with important roles in Italian public institutions and he also took part of the French "Corps législatif" and he practiced his skills in the French administration. His political role is becoming clear by reading his epistolary correspondence. Additionally to its political opinions, Carlo Botta's correspondence includes exchanges of letters with intellectuals, philosophers and poets from which important elements for the reconstruction of the Italian and French cultural context, as well as the linguistic and stylistic debates, can be extracted. Luca Badini Confalonieri in his research activities, pointed out in his studies. Botta attended the circle of the "idéologues" and met Ginguené, Fauriel, Degérando, Denina e Marescalchi. A letter dated at 29 september 1806 to Modesto Paroletti shows that he knew Giulia Beccaria and the young Alessandro Manzoni. Beyond his French relations, Carlo Botta was in contact with the most important Italian intellectuals of the period: remarkable letters were sent to Vincenzo Monti, professor Giovanni Rosini and the intellectuals of the Encyclopedic Journal of Florence and of the Science Academy of Turin. In an attempt to better understand the private dimension of Botta's life, letters have been sent to his friends and relatives. Our research effort considers that the publication of this correspondence would have positive effects in several fields, such as politics, history, linguistics and literature. It may offer material to study better the life of Italian political immigrants in France during the first decades of the XIXth century. Moreover, it can describe the Italian cultural environment in the French capital and to point out Botta's involvement in the debates of the "idéologues". From a linguistic point of view, this project will allow a more precise reconstruction of the linguistic controversies on languages, as well as an analysis of Botta's personal style, and diachronic and synchronic considerations on the characteristics of Italian and French languages in the XIXth century. The literary debate will be particularly significative at the moment of the romantic "querelle", starting from jenuary 1816. 3) CHRONOLOGICAL LIMITS As it was previously stated, Carlo Botta wrote a lot of letters on different subjects. The Italian House of Columbia University aimed to publish his whole correspondence (under Prezzolini's direction) and for this scope more than 2000 letters were collected. These letters are dated back from 1788 to 1837, the year of Carlo Botta's death. The chronological limits of this research project (1802-1816) are not chosen by chance. The 21st of September 1802 Piedmont was annexed to France: in October of the same year Botta was designated to go to Paris, with the delegation charged to honor the Consul for the annexation. He later had to exercise important services in the French "Corps législatif". This experience ended when the "Corps législatif" declared Napoleon's downfall, in 1814, decision that meant the separation of Piedmont from France. Nevertheless, only in 1815 after the battle of Waterloo that marked Napoleon's defeat, Botta was relieved from the political charges of the fallen empire. For the former reasons, I personally consider the period 1802-1815 of main interest for my study. However the importance of the literary aspect, has made me chosen the year of 1816 as the chronological limit of my study: 1816 is the year of the romantic "querelle", to which Botta indicates his presence with an increased correspondence letters included one to Ludovico di Breme dated 19 September 1816. 4) CONCLUSION In conclusion, the expected result of this work will be the publication of a critical edition of Botta's correspondence for the period from the 22nd September 1802 to the 31st December 1816. It is extremely important to remind that this project is included in a wider and more complex context: Professor Luca Badini Confalonieri is going to publish soon a critical edition of Botta's letters concerning the period 1788-1801.