Evaluation économique des choix d'investissement dans les scénarios futurs de la production d'électricité au Liban

par Nour Wehbe

Projet de thèse en Sciences Économiques

Sous la direction de Christian Poncet et de Salem Darwich.

Thèses en préparation à Montpellier en cotutelle avec l'Universite Libanaise , dans le cadre de EDEG - Economie Gestion , en partenariat avec ART-DEV - Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement (laboratoire) depuis le 03-02-2015 .


  • Résumé

    Electricité du Liban (EDL, Électricité Du Liban) est l'établissement public à vocation industrielle et commerciale sous le contrôle du Ministère de l'Energie et de l'Eau (MEW). Le secteur de l'électricité est monopolisé par EDL qui, actuellement, contrôle 90 % des activités de production, de transport et de distribution d'électricité du pays. Avant 1975, EDL produisait assez d'électricité pour pouvoir même revendre à son pays voisin, la Syrie. Cependant, en 1975, la situation change avec la guerre civile qui a duré 15 ans, et la capacité de production de l'EDL a été réduite jusqu'à presque la moitié. Le déficit s'est accumulé une année après l'autre, et l'EDL fait face à des problèmes de l'ordre technique et financier depuis des décennies, et s'est avérée déficiente et incapable de suffire à la demande électrique, d'où le fort rationnement subit par les libanais et les coupures fréquentes d'électricité dans tout le pays. Cette carence de production a imposé le développement d'un secteur privé de groupes électrogènes, qui constitue une source de production complémentaire à celle de l'EDL et qui produit 30% de la demande. Compte tenu de ce fait, les consommateurs libanais paient une double facture électrique, une pour l'EDL et l'autre pour les producteurs privés mais qui est en moyenne cinq fois plus que celle de l'EDL. Les libanais sont obligés à payer une facture d'électricité mensuelle élevée, tout en souffrant d'un service de qualité très faible. L'électricité au Liban est principalement produite par les centrales thermiques, une petite quantité provient de sources d'énergie renouvelables (centrales hydroélectriques). Cependant, une étude détaillée du potentiel des énergies renouvelables a été menée, et a révélé un potentiel solaire et éolien considérable, un potentiel de déchets solides municipaux MSW (la biomasse), en plus d'un potentiel hydraulique important qui pourrait effectivement être plus exploitée dans la production d'électricité. Le système actuel de production d'énergie est loin d'être efficace, et nécessiterait une nouvelle forme d'organisation au niveau institutionnel et technique. Sur la base de ce contexte particulier, le premier objectif de ce travail de recherche est d'optimiser la production d'électricité afin de répondre à la demande électrique actuelle et future au Liban. Nous supposons que la diversification du mix et l'intégration des différentes sources d'énergie renouvelables dans le système de production rapprocherait le mix de l'optimalité. Ensuite, cette recherche contribuerait à des préconisations et des recommandations pour la politique énergétique et le secteur de l'électricité au Liban.

  • Titre traduit

    Economic evaluation for future electricity generation scenarios in Lebanon


  • Résumé

    Electricity of Lebanon (EDL, Electricite Du Liban) is a public institution with an industrial and commercial vocation under the control of the Ministry of Energy and Water (MEW). The electricity sector is monopolized by EDL that, currently, controls 90% of the formal lebanese electricity sector and mandates the responsability of the generation, transmission and distribution of electrical energy in Lebanon. Before 1975, EDL supplied most of the country's electricity. However, during civil war (1975, 1990), the electricity sector infrastructure was subjected to a great damage and ignore. Then, EDL has been suffering from technical and financial deficiencies for decades, and proved to be insufficient and deficient as the demand exceeds the supply, and daily rationing is common all around the country. Back up self generation was the result of this deficiency, and 30% of the electricity is generated by private generators, which plays an informal complementary role and participates in assuring nearly 100% of electrification together with EDL. Considering this fact, the lebanese consumers are paying a double electrical bill, one for EDL and the other for the private producers which is almost five times the EDL's bill. Then, lebanese are compelled to pay a high monthly electricity bill, while suffering from a very low quality service. Electricity in Lebanon is principally generated throught thermal power plants, in addition to a small amount that comes from renewable energy resources (hydropower plants). However, a detailed review of the renewable energy potential was conducted, and it revealed a great potential of solar and wind energy, a considerable potential of municipal solid wastes MSW biomass resource, in addition to a very important annual amount of water that could effectively be more exploited in electricity generation. The current power generation system is far to be efficient, and requires a new form of organization at the institutional and technical levels. Based on this particular context, the first aim of this research is to optimize the energy potential to optimize the electricity production and meet the current and future energy demand in Lebanon. We assume that the diversification of the mix and the integration of different renewable energy resources in the generating system would make the mix optimized and efficient. Second, this research will contribute to recommendations for the energy policy and the electricity sector in Lebanon.