« Alimentation citoyenne » ou « agriculture bioéconomique » : quel nouveau référentiel pour l'agriculture française?

par Jeanne Pahun

Projet de thèse en Science Politique

Sous la direction de Ève Fouilleux.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Ecole doctorale Droit et science politique (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec CEPEL - Centre d'Etudes Politiques de l'Europe Latine (laboratoire) depuis le 08-12-2015 .


  • Résumé

    Deux nouveaux référentiels agricoles sont en phase de stabilisation depuis les années 2000 en France : d'une part le référentiel de « l'alimentation citoyenne » repris par de très nombreux acteurs et souvent concrètement porté par des initiatives collectives, citoyennes et locales ; d'autre part le référentiel de « l'agriculture bioéconomique », principalement soutenu par des industriels en biotechnologies. La thèse se propose d'étudier la façon dont ces nouveaux référentiels agricoles émergents se traduisent dans les politiques publiques (discours, instruments, budgets). Assiste-on à l'institutionnalisation d'une cohabitation - et donc à la reconnaissance - de deux modèles agricoles distincts ? Ou au contraire, au renforcement hégémonique d'un modèle et de sa communauté d'acteurs ? L'analyse sera opérée à partir d'un travail de terrain en France mené à trois échelles : nationale, régionale (Bretagne, Grand Est et Occitanie) et locale (métropoles de Rennes, Reims et Montpellier).

  • Titre traduit

    Cohabitation and competition of the Food movement and the bioeconomy cognitive frames: what the analysis of public policies tell us about the future model of the French agriculture?


  • Résumé

    Two new agricultural models are competing to be the French 'institutionalized cognitive frame' of agricultural future public policies. The first one is the “food movement” cognitive frame handled by a numerous number of citizen initiatives and most of the time directly linked to the local scale. The second one is related to the bioeconomy principally developed by the Industry of biotechnologies and most linked to top down EU dynamics. These two cognitive frames are related to specific agricultural models but also to different norms and values. We propose to study how these new models and their promoters ideas are getting translated into public policies. We want to analyze precisely the discourses, the instruments and the budgets related to the young institutionalization of these two competing agricultural models. Are we facing the institutionalization of a cohabitation — and thus a recognition – of two distinct agricultural models? Or are we rather facing a hegemonic reinforcement of one model and of its community of actors? The analysis will be carried out at three levels of field works: national, regional (Bretagne, Grand Est and Occitanie) and local (cities of Rennes, Reims and Montpellier).