Réponse du manguier (Mangifera indica L.) à la taille: caractérisation et intégration dans un modèle structure-fonction des effets de la taille sur la croissance végétative et la reproduction

par Séverine Persello

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Frederic Normand.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de GAIA - Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec HORTSYS - Fonctionnement agroécologique et performances des systèmes de culture horticoles (laboratoire) .


  • Résumé

    La taille est une pratique culturale courante en arboriculture. Pourtant ses effets sur le rendement sont variables et peu prévisibles. Dans cette thèse, nous proposons d'étudier les effets de la taille sur la croissance végétative et la reproduction du manguier (Mangifera indica L.), à l'échelle de l'axe et de l'arbre, afin de mieux comprendre comment s'élabore le rendement suite à la taille. La taille a été caractérisée par deux facteurs : l'intensité de taille, définie à l'échelle de l'arbre comme la quantité de biomasse retirée par volume de canopée, et la sévérité de taille, définie à l'échelle de l'axe comme la profondeur de taille le long de l'axe. A l'échelle de l'axe, l'intensité et la sévérité de taille ont eu des effets sur l'occurrence, l'intensité et la dynamique de la croissance végétative. Nous avons aussi mis en évidence un rôle important du diamètre de l'axe taillé sur l'occurrence et l'intensité de la croissance végétative. La croissance végétative qui résulte de la taille a conduit à l'apparition de nouvelles populations d'axes dont les proportions dépendent de l'intensité de taille des arbres. La floraison de ces différentes populations d'axes diffère en termes d'occurrence, d'intensité et de dynamique et est affectée négativement par l'intensité et la sévérité de taille. A l'échelle de l'arbre, les rendements ont eu tendance à être plus faibles sur les arbres modérément et intensément taillés du fait d'une diminution du taux de floraison et/ou du poids moyen des fruits. Les arbres faiblement taillés ont eu des rendements similaires à ceux des arbres non taillés. Les effets de la taille sur la croissance végétative, aux niveaux structurel et temporel, ont été intégrés dans un modèle structure-fonction d'élaboration du rendement et de la qualité de la mangue, afin de caractériser les effets de la taille à l'échelle plus globale de l'arbre. Ce modèle nous a montré que le nombre d'axes et la surface foliaire retirés au moment de la taille sont largement compensés par la stimulation de la croissance végétative qui a suivi. L'intégration des effets de la taille sur la reproduction dans le modèle permettra de concevoir des itinéraires techniques intégrant les pratiques de taille afin de répondre aux problèmes agronomiques rencontrés sur le manguier, tels que les asynchronismes ou les irrégularités de production.

  • Titre traduit

    Response of the mango tree (Mangifera indica L.) to pruning: characterization and integration in a functional-structural plant model of the effects of pruning on vegetative growth and reproduction


  • Résumé

    Pruning is a common practice in tree fruit crops. However, its effects on the yield are variable and hardly predictable. In this thesis, we propose to study the effects of pruning on vegetative growth and reproduction for the mango tree (Mangifera indica L.), at the axis and at the tree scales, in order to better understand how fruit yield built-up following pruning. Pruning was characterized by two factors: pruning intensity, defined at the tree scale as the amount of fresh biomass removed per unit volume of canopy, and pruning severity, defined at the axis scale as the depth of pruning along the axis. At the axis scale, pruning intensity and severity had an effect on the occurrence, intensity and dynamics of vegetative growth. We also highlighted a major role of the diameter of the pruned axis on the occurrence and intensity of vegetative growth. The vegetative growth which results from pruning led to the emergence of new populations of axes whose proportions depend on pruning intensity. Flowering of these different populations of axes differ in terms of occurrence, intensity and dynamics and was affected negatively by pruning intensity and severity. At the tree scale, yields tended to be lower on moderately and intensively pruned trees as a result of a decrease of flowering rate and/or average weight of fruits. Lightly pruned trees had similar yields compared to unpruned trees. The effects of pruning on the vegetative growth, at the structural and temporal levels, were integrated in a functional-structural model of fruit yield and quality build-up. The model has shown that the number of axes and the leaf area removed at the pruning time were widely compensated by the vegetative growth stimulation that followed. The integration of the effects of pruning on reproduction will allow developing crop management techniques integrating pruning techniques in order to respond to agronomic issues related to mango tree as asynchronisms and irregular bearing.