L'intégration des dimensions économiques, sociales et environnementales dans les stratégies des petites entreprises de maraîchage en circuits courts

par Agnès Gauche (Bellec)

Projet de thèse en Sciences de Gestion

Sous la direction de Florence Palpacuer et de Yuna Chiffoleau.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de EDEG - Economie Gestion , en partenariat avec MRM - Montpellier Recherche en Management (laboratoire) depuis le 31-12-2011 .


  • Résumé

    Non soumises à une quelconque obligation en matière de RSE, les TPE sont délaissées par la recherche. Elles représentent pourtant un poids prépondérant dans l'économie française et européenne, notamment en termes d'emploi. Caractérisées par une responsabilité sociale à de multiples niveaux (entrepreneur – salariés – territoire) et dotées de faibles moyens financiers, ces entreprises doivent assumer des décisions de gestion lourdes de conséquences et concilier des intérêts souvent contradictoires parmi leurs parties prenantes. Dans ce contexte pourtant, comment articuler des objectifs de vivabilité sociale et des impératifs de viabilité économique, au delà de simplement les accorder ou juxtaposer ? Actuellement, Les circuits courts alimentaires sont l'objet d'une attention renouvelée de la part des institutions et des consommateurs, ainsi que de premières théorisations par les chercheurs. Souvent idéalisés, représentés par des figures militantes, contestant un modèle agricole capitaliste et mondialisé dominant, ils sont réputés contribuer au développement durable des exploitations agricoles et des territoires. Dans une perspective pragmatique et critique, fondée sur une approche contextualisée, nous montrons que les circuits courts alimentaires ne sont pas en dehors du marché, ni des institutions, mais s'inscrivent au contraire dans des réseaux sociaux, institutionnels et économiques induits notamment par le rapprochement entre producteurs et consommateurs ainsi que l'émergence de nouvelles formes d'action collective, et qui correspondent à différents modèles d'organisation et de stratégie dans les CC, et le DD ainsi que des modalités particulières d'articulation de problématiques économiques, environnementales, sociales et sociétales.

  • Titre traduit

    The integration of economic , social and environmental dimensions in the strategies of small market gardening farms in short food supply chains


  • Résumé

    Not subject to any obligation to CSR, the Very Small Entreprises are neglected by research. Yet they represent a dominant role in the French and European economy, particularly in terms of employment. Characterized by social responsibility at many levels (Managers - employees - territory) and equipped with limited financial resources, these companies need to take management decisions far-reaching and reconcile often conflicting interests among their stakeholders. In this context, however, how to articulate the objectives of liveability and social imperatives of economic viability, beyond simply granting or juxtaposition? Local food supply chains have recently received growing attention from public and semi-public institutions as well as consumers, and been the object of an emerging body of research starting to theorize their specificities. Often idealized through the figure of activists challenging a globalized capitalist model of agriculture, they are casted as offering new forms of sustainable development for farms and territories. In a pragmatic and critical perspective, we show that local food chains are not situated outside of the broader market or institutional context, but are embedded in them through a variety of social, political and economic networks, including those formed between producers and consumers and in new forms of collective action, related to typical forms of organizations and strategies in local food chains, as well as specific ways of articulating economic, environmental, social and societal aspects.