Construction de carrière et représentations d'avenir professionnelles des doctorants

par Siaka Sanou

Projet de thèse en Sciences humaines et humanités nouvelles spécialité Psychologie

Sous la direction de Valérie Cohen-scali.

Thèses en préparation à Paris, HESAM , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire , en partenariat avec Centre de recherche sur le travail et le développement (Paris) (laboratoire) , Psychologie de l'Orientation (equipe de recherche) et de Conservatoire national des arts et métiers (France) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Résumé du projet de thèse Notre thèse vise à cerner les déterminants de l'engagement dans la thèse et la manière dont les doctorants se construisent à travers l'expérience doctorale. Ce projet part du constat mis au jour par plusieurs recherches (Ghanem, 2007 ; Redon, 2008; Nicourd ,2015 ; Chao et al. ,2015 ; Bret, 2015) du fait que l'expérience doctorale est une phase de travail sur soi où les doctorants ont des attentes professionnelles fortes et souhaitent, pour la plupart, s'intégrer dans la recherche publique (Calmand & Recotillet, 2013; Bangali, 2013 ; Thill, Kremer Eichacker, Poirier et al., 2015) . Or, si dans certains pays le problème d'insertion des docteurs ne se pose pas, dans d'autres, comme la France, force est de constater que les emplois sont rares dans le public et nombreux sont ceux qui seront contraints de travailler dans le secteur privé qui, très souvent, préfère les ingénieurs détenteurs d'un BAC+5 ou d'un master. Cette situation contribuerait, en partie, aux difficultés d'insertion des docteurs après la thèse, difficultés variables selon la discipline de la thèse et selon son mode de financement (Calmand & Recotillet, 2013; Thill, Kremer Eichacker, Poirier et al., 2015). Par ailleurs, si les travaux et études sont légions sur les questions d'orientations des élèves, des adolescents dans les paliers d'orientation (classes de 4ème, de 3ème, de seconde et de terminale), peu d'études se sont penchées sur la même question chez les doctorants et, notamment, la construction de leurs représentations d'avenir professionnelles. Or, selon Dubar (2015), si l'ensemble des choix scolaires, voire universitaires plus ou moins assumés représentent une anticipation d'un statut futur et que l'entrée dans une spécialité disciplinaire constitue un acte significatif de l'identité virtuelle, « c'est dans la confrontation directe avec le marché du travail que se situe sans doute aujourd'hui l'enjeu identitaire le plus important des individus…» (Dubar, 2015, p.113). Il devient alors intéressant de cerner la situation des doctorants préparant à cette confrontation future à l'entrée du marché du travail dont l'issue déterminerait la construction d'une identité au travail, l'anticipation d'une trajectoire d'emploi et la mise en œuvre d'une logique d'apprentissage, de formation (Dubar, 2015). Car, de l'issue de cette confrontation dépendrait les capacités d'adaptation face aux changements et transformations rapides et récurrentes de la société et dans les organisations du travail de nos jours. L'entrée par la construction identitaire devient alors importante pour comprendre les possibilités d'adaptation des doctorants face au problématique de l'emploi de nos jours et comment faire face aux changements. Dans notre présente thèse, on cherchera à voir quel est le rôle joué par les expériences significatives passées, l'expérience de vécue de la thèse et les intentions d'avenir des doctorants dans leur construction de soi, dans la construction de leur identité professionnelle. On analysera surtout quels rapports entretiennent-ils entre eux les expériences significatives passées et les intentions d'avenir dans cette construction. La recherche est envisagée auprès de la population de doctorants et comporte deux volets : un partie qualitative et une partie quantitative.

  • Titre traduit

    Career construction and PhD's students future career representations


  • Résumé

    Summary of thesis project Our thesis aims at determining the determinants of engagement in the thesis and the way in which the PhD students are built themselves through the doctoral experience. This project leaves the report put at the day by several search (Ghanem, 2007; Redon, 2008; Nicourd, 2015; Chao et al., 2015; Bret, 2015) owing to the fact that the doctoral experience is a phase of work on oneself where the PhD students have strong professional waitings and wish, for the majority, to be integrated in the public research (Calmand & Recotillet, 2013; Bangali, 2013; Thill, Kremer Eichacker, Poirier et al., 2015). However, so in certain countries the problem of insertion of the doctors does not arise, in others, like France, force is to note that employment is rare in the public and many are those which will be constrained to work in the private sector which, very often, prefers the engineering degree holders of 5 years academic work after high school or a master. This situation would contribute, partly, with the difficulties of insertion of the doctors after the thesis, difficulties variable according to the discipline of the thesis and its way of financing (Calmand & Recotillet, 2013; Thill, Kremer Eichacker, Poirier et al., 2015). In addition, if work and studies are legions on the questions of orientations of the pupils, of the teenagers, in the stages of orientation (classes of 4th, 3rd Junior level, second and final year high school), few studies are leaning on the same question at the PhD students and, in particular, the construction of their future career representations. However, according to Dubar (2015), if the whole of the school choices, even university more or less assumed represent an anticipation of a future status and that the input in a disciplinary speciality constitutes a significant act of the virtual identity, “it is in direct confrontation with the job market that it is positioned, undoubtedly today, the most important identity stake of the individuals...» (Dubar, 2015, p.113). It then becomes interesting to determine the situation of the PhD students preparing with this future confrontation at the entry of the job market whose exit would determine the construction of an identity to work, the anticipation of a trajectory of employment and the implementation of a logic of training, formation (Dubar, 2015). Because, on the exit of this confrontation, would depend the capacities on adaptation vis-a-vis the changes and fast and recurring transformations of the company and in organizations of work nowadays. The input by identity construction becomes important then to include/understand the adaptability of the PhD students vis-a-vis the problems of employment nowadays and how to face the changes. In our present thesis, one will seek to see which is the part played by the significant past experiences, the experience of lived of the thesis and the PhD students' intentions of the future, in their construction of oneself, in the construction of their professional identity. One will analyse especially which reports/ratios maintain between them the significant past experiences and the future career representations in this construction. The research is considered near the population of PhD students and comprises two shutters: a qualitative part and a quantitative part.