Lecture renouvelée des miniatures du Maître de Wavrin : l'Histoire de Gérard de Nevers du manuscrit Bruxelles, KBR, ms. 9631

par Marielle Lavenus

Projet de thèse en Histoire de l'art médiéval


Sous la direction de Anne-Marie Legaré.

Thèses en préparation à Lille , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-12-2015 .


  • Résumé

    La présente thèse propose une lecture renouvelée des miniatures du manuscrit Bruxelles, KBR, ms. 9631, contenant l’Histoire de Gérard de Nevers probablement enluminée par le Maître de Wavrin dans les années 1460 pour le duc de Bourgogne Philippe le Bon. Cette lecture renouvelée prend appui sur le symbolisme élargi du répertoire plastique et iconographique du Maître de Wavrin. En effet, l’enlumineur use de nombreux procédés pour doter les images de sens. Jeux sur la composition, sur les couleurs, mais aussi sur les mots, provoquent le lecteur-spectateur et l’invitent à faire une lecture dialoguée et ludique. Par le biais de l’équivoque, des pratiques sociales de lecture qui lui sont associées et dont la cour de Bourgogne était férue, l’œuvre s’inscrit naturellement dans le contexte artistique, littéraire et intellectuel de sa production. Selon le prisme d’une lecture oblique reposant sur la parole que suggèrent les images sous la forme d’énoncés prévisibles, l’analyse du cycle iconographique de Gérard de Nevers met au jour la lecture personnelle que l’enlumineur a faite du récit. L’humour et la grivoiserie deviennent des thématiques centrales. En effet, dans les images, le parcours initiatique du jeune chevalier est autant érotique que curial ou guerrier. En conséquence, les rapports de genres et la manière dont ils sont donnés à voir sont au cœur de la lecture que nous proposons et qui démontre que les miniatures du Maître de Wavrin ne reflètent pas les discours dominants ou la misogynie ambiante de l’époque.


  • Résumé

    This dissertation offers a new interpretation of the manuscript Brussels, KBR, 9631 containing the Master of Wavrin’s miniatures of Gérard de Nevers. Probably produced in the 1460’s for the Duke of Burgundy Philip the Good, the images rely on symbolism in the very broad meaning of the term. The Master of Wavrin’s repertoire, based on both plastic and iconographic mechanisms, allows the artist to endow the images with meanings. Playing on compositions, colours and even on the meanings of words, he provokes the spectator and invites him to produce a voiced and dialogical reading of the iconographic cycle. Such an understanding of the manuscript’s function as a game is in keeping with the artistic, literary and intellectual context of the time and the well-know taste of the court for ambiguity and equivocality. A renewed - and oblique - reading of the miniatures, based on the utterances they suggest, allows us to perceive the personal reading the artist made of the text. Since the young knight’s wandering is, in the images, not only a courtly or warlike initiation but also an erotic one, humour and bawdiness become essential themes. As a consequence, the question of gender turns out to be central. And, as this dissertation demonstrates it, the Master of Wavrin’s images do not reflect the dominant discourses or misogynistic views of the time.