De l'ordre et du "dés-ordre" dans les récits de fiction des "Novisimos" cubains

par Clarissa Ribera (Martinez fernandez)

Projet de thèse en Etudes Hispaniques

Sous la direction de Elvire Gomez-Vidal.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Textes, Littératures : Ecritures et modèles (equipe de recherche) depuis le 09-11-2015 .


  • Résumé

    Notre travail de recherche porte sur l’étude des récits de fiction (conte, nouvelle et roman) d’un groupe de jeunes auteurs cubains nommés les Novísimos. Ils ont publié principalement leurs œuvres durant les années 1990 à Cuba et se sont démarqués par leur caractère rénovateur, conflictuel et contestataire. Ce groupe s’est développé dans un contexte bien particulier : la crise économique qu’a subie le pays suite à l’effondrement du bloc communiste en 1989, connue comme « Período Especial ». Ce contexte, parmi d’autres éléments, a déterminé un type d’écriture qui met en cause beaucoup de valeurs et de principes tenus comme tels. Les novísimos vont proposer de nouveaux thèmes comme l’homosexualité, l’émigration, la guerre d’Angola, la marginalité, l’exercice du pouvoir. Il s’agit d’une écriture fragmentaire, intertextuelle, autoréférentielle, avec des changements de narrateurs, de temps et d’espaces ainsi que l’inclusion de discours autres que littéraires. Nous nous proposons de faire une étude de ce groupe d’écrivains à partir de l’analyse textuelle d’un corpus représentatif de récits. Nous allons utiliser la méthode de l’analyse textuelle, en prenant en compte la « littéralité » du texte dans le sens défini par le groupe GRIAL de l’Université Bordeaux-Montaigne. Nous allons privilégier l’analyse ponctuelle, en mettant l’accent sur la « lettre du texte », contrairement au caractère principalement sociologique des études précédemment menées. Nous allons analyser la déconstruction, la désarticulation de l’ordre du récit et voir ce qui pourrait peut-être comporter une prise de position idéologique différente et contestataire. Parmi les œuvres que nous entendons analyser se trouve le roman Cañón de retrocarga (1997) de Alejandro Alvarez Bernal ; les nouvelles « En una estrofa de agua » (2006) de Jorge Angel Pérez, « El mediodía del bufón » (1993) de Rogelio Saunders et « La urna y el nombre (un cuento jovial) » (1993) d’Ena Lucía Portela.

  • Titre traduit

    About the order and dis-order in fictional stories of the Cuban Novísimos.


  • Résumé

    Our research work consists of a study of the narrative (story and novel) of a group of young Cuban authors called the "Novísimos" (the newest ones). This group developed its work in Cuba mainly in the 90s, and was characterized by its renewing, argumentative and rebellious character. The novísimos emerged in a very special context: the economic crisis that engulfed the country after the fall of the socialist bloc in 1989, known as the "Special Period". This context, among other elements, established a kind of writing that questioned many of the values and principles that had been taken as established facts. The novísimos advanced new issues such as homosexuality, emigration, the Angolan war, marginalization and the exercise of power. Their work is a fragmentary, intertextual and self-referential type of writing, with changes in the narrator, in time, and in space, as well as the inclusion of other non-literary discourses. Our research aims to make a study of these narrators by analyzing a representative corpus of their work. We will use the method of textual analysis, taking into account the "literality" within the text as has been defined by the group GRAIL from Bordeaux-Montaigne University. We will favor a detailed analysis of the texts, emphasizing the "letter of the text", in contrast to the mainly sociological nature of previous studies. We want to analyze the deconstruction and dismantling of the order of the story, which could involve perhaps a different and rebellious ideological position. Among the literay works that we intend to analyze is the novel Cañón de retrocarga (1997) by Alejandro Alvarez Bernal; the stories « En una estrofa de agua » (2006) by Jorge Angel Pérez, « El mediodía del bufón » (1993) by Rogelio Saunders and « La urna y el nombre (un cuento jovial) » (1993) by Ena Lucía Portela.