Inégalité sociale de santé des étudiants : une question éthique d’accès aux soins préventifs et curatifs pour favoriser la réussite des étudiants.

par Victor Ruhamanya Milimo

Projet de thèse en Doctorat Sciences Vie Santé

Sous la direction de Béatrice Birmele.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 01-12-2015 .


  • Résumé

    Contexte et justification : La prévention de la santé est une priorité pour l’ensemble de la communauté universitaire. Néanmoins de fortes disparités d’accès aux soins préventifs et curatifs persistent chez les étudiants en France. La totalité des universités françaises dispose des services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) mais ces services n’offrent pas les mêmes services à la population étudiante. Vingt universités ont choisi de créer des centres de santé au sein de leurs locaux et d’autres ont choisi de garder les services de médecine préventive classique qui n’offrent pas de soins curatifs aux étudiants. Une minorité d’université a opté pour la création de réseaux universitaire de santé (resus) en signant des conventions de prise en charge médicale des étudiants par des médecins généralistes et des spécialistes libéraux. Trop peu d’universités disposent d’observatoire de la santé des étudiants ayant pour mission de suivre l'évolution de la santé des étudiants tout au long de leur cursus. En 2015,54% des étudiants malades attendent que cela passe et 15% des étudiants renoncent aux soins pour raisons financières. L’autre problème majeur est que 38 % des étudiants qui relèvent de formations de l'enseignement supérieur non universitaires ne peuvent pas être pris en charge par les SUMPPS. Il apparait donc nécessaire pour mettre en place une approche innovante, adaptée à la diversification croissante de la population étudiante française et à ses besoins de santé, de mieux comprendre pourquoi les étudiants, par rapport à leur catégorie sociale, restent inégaux à l’accès aux soins et d’interroger les dispositions selon lesquelles les recommandations éthiques et légales s’intègrent ou non dans la politique de santé des établissements d’enseignement supérieur. Méthodologie Pour répondre à ces questions importantes de santé des étudiants nous réaliserons une étude quantitative auprès des étudiants et une investigation qualitative auprès des professionnels sanitaires et sociaux des établissements d’enseignement supérieur des régions Centre Val de Loire et Poitou-Charentes. Ces deux régions présentent des profils différents. Les résultats attendus Il nous semble important actuellement d’éclaircir les déterminants des écarts constatés entre les stratégies de prévention et de promotion de la santé et les pratiques des services de santé universitaire. Ces données sont indispensables aux autorités sanitaires pour adapter le développement d’une offre de soins ciblée sur le public étudiant afin de mieux répondre à leurs besoins, et que l’accès aux soins connaisse une réelle amélioration pour contribuer à l’épanouissement et la réussite des étudiants.


  • Pas de résumé disponible.