La reconstruction de la mémoire au féminin : étude du rapport histoire/fiction dans les Alouettes naîves, l'Amour la fantasia et le Blanc d'Algérie d'Assia Djebar et Tels des astres éteints, les Aubes écarlates et la Saison de l'ombre de Leonora Miano. Approche postcoloniale.

par Anouchka stevellia Moussavou nyama

Projet de thèse en Litterature Générale et Comparée

Sous la direction de Catherine Mazauric.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Langues, lettres et arts (354) , en partenariat avec Centre interdisciplinaire d'études des littératures d'Aix-Marseille (equipe de recherche) depuis le 11-01-2016 .


  • Résumé

    " The reconstruction of memory in feminine: Studying of the correlation between history and fiction in Les Alouettes naïves, L'Amour la fantasia et Le Blanc d'Algérie de Assia Djebar et Tels des astres éteints, Les Aubes écarlates, et La Saison de l’ombre de Leonora Miano" a postcolonial approach.

  • Titre traduit

    " The reconstruction of memory in feminine : studying of the correlation between history and fiction in Les Alouettes naïves, L'Amour la fantasia et Le Blanc d'Algérie de Assia Djebar et Tels des astres éteints, Les Aubes écarlates, et La Saison de l’ombre de Leonora Miano" a postcolonial approach.


  • Résumé

    L'intitulé de notre projet de thèse est " la reconstruction de la mémoire au féminin : Etude du rapport histoire /fiction dans Les Alouettes naïves, L'amour la fantasia et Le Blanc d'Algérie de Assia Djebar et Tels des astres éteints, Les Aubes écarlates, et La Saison de l’ombre de Leonora Miano" approche postcoloniale. Il s'agira pour nous de monter comment ces deux écrivaines présentent à travers leur plumes les tragiques histoires de leur peuple respectif ( le peuple Noir et le peuple Algérien ). Léonora Miano cherche à rendre vivante et présente l'histoire des Noirs africains à partir d'un point de vu afro centré. Alors que chez Assia Djebar, l'écriture est une sorte de combat contre l'oubli et le péril de l'histoire du peuple algérien. Nous montreront leur approche féminine des questions qui parfois sont considérés comme étant des affaires d'homme. Ces auteures tentent d'utiliser la littérature comme moyen d'expression de ses mémoires douloureuse que sont la guerre d'Algérie, la traite des Noirs, la colonisation et l'immigration. Cela pourrait signifier que la littérature peut aussi proposer un discours sur la mémoire, elle est le lieu d'une construction discursive mémorielle et sert de vecteurs culturel pour une société. La reconstruction de la mémoire dénote chez ces auteures un discours féministe, le désir de s'approprier la parole dans un continent où la femme est encore très fortement tenu à l'écart par les hommes. Être une femme et écrire en Afrique c'est vivre un véritable engagement social, culturel et politique et c'est ce que semble avoir compris Assia Djebar et Leonora Miano. C'est à l'aide de l'approche postcoloniale que nous allons conduire notre lecture de ces textes. Ainsi, un ensemble de questions seront soulevé dans notre travail et nous guideront dans notre anajlyse. Comment s'organise la relation entre mémoire et histoire dans l'écriture romanesque de nos deux auteures? Car celles ci ont un intérêt marqué pour l'Histoire . Sauf que l'histoire qui les intéresse n'a pas toujours de traces écrites. De plus, comment se décline la mémoire dans ces différentes écritures? L'étude à partir du rapport histoire/fiction nous conduit à penser la mémoire comme une série de récit ou un vécu particulier qui souvent prend la forme de l'Histoire générale et objective. En plus, il y a une pluralité de mémoire qui se dégagent de ces récits. Enfin, comment s'opère la mise en évidence de ces voix enfouis, muselées et déracinées dans notre corpus? Ces textes traduisent les voix des femmes algériennes et des femmes noires en particulier et dans une plus large mesure celles des femmes africaines. Des voix féminine, indicible et polyphoniques qui convoqueraient un discours de l'effacement, de la trace, de la reinscription de ce qui a été occulté. Mais continue subsister pour témoigner de ce qui est exhumé et réhabilité pour prendre place dans la conscience collective.