Université et enjeux de la communication des savoirs au Liban

par Julnar Deaibess

Projet de thèse en Doctorat Sciences de l'Information et de la Communication

Sous la direction de David Douyère.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 27-11-2015 .


  • Résumé

    Cette étude entend mener une analyse des pratiques de culture scientifique de l’université au Liban. Des pratiques et des modèles de communication publique émergent en effet aujourd’hui dans le milieu universitaire libanais dans une dynamique de mise en visibilité de l’activité universitaire. La culture scientifique, en plein débat, est désormais considérée comme une réponse pour nourrir une discussion collective qui permettrait de projeter ses acteurs, notamment l’Université et ses échanges dynamiques avec la société dans laquelle elle s’insère, dans un futur autre que celui qui semble lui être préparé industriellement à une échelle planétaire. Partant de l’importance croissante des stratégies de communication des organisations scientifiques à l’échelle internationale, du développement des interactions entre pouvoirs locaux, entreprises et centres de recherche, de l’expansion des technologies d’information et de communication ainsi que des pratiques sociales qui leur sont liées, mais aussi du développement de formes délibératives et participatives, comme des évolutions du champ de la production scientifique, cette recherche voudrait s’interroger sur la place de la communication des savoirs dans l'Université libanaise, dans un contexte mondialisé. Cependant, dans un environnement national d’innovation et de production scientifiques limitées, caractérisé par une complexité due aux difficultés d’ordre sécuritaire, économique et social, l’ensemble du monde universitaire libanais se retrouve soumis à une double problématique : maximiser à la fois son impact scientifique et son interaction avec le marché au plan national et international, du fait que la visibilité scientifique d’un établissement d’enseignement supérieur est liée à ses capacités d’innovation. Quels sont, par conséquent, les modèles de culture scientifique développés au Liban ? Cette communication des savoirs aide-t-elle à dynamiser des réseaux d’innovateurs et de secteurs innovants afin de pouvoir faire face aux défis de la mondialisation en tant que moteur de développement économique ? Dans un milieu universitaire autonome, prédisposé à favoriser les initiatives et le développement de la communication scientifique, quels obstacles freinent l’université au Liban à implanter une dynamique de culture scientifique adaptée aux besoins mais aussi au potentiel de la société libanaise ? En l’absence d’études sur les relations entre savoirs et sociétés au Liban, il me semble qu’une approche communicationnelle qui identifie et exploite les articulations entre les universités au Liban et le public via une enquête auprès de ce dernier et des entretiens avec les hautes autorités académiques est d’importance. L’objectif est en effet d’explorer une démarche visant à redéfinir la place de l’université dans la société libanaise et à répondre aux contraintes internationales en termes d’innovation et de gouvernance, à la lumière des enjeux de la transformation qu’elles connaissent et des défis de la mondialisation. Ce travail tente de dresser une vue d’ensemble des formes de communication et de culture scientifiques adoptées par les universités libanaises, scénario universitaire national permettant de répondre à une série de questionnements d’ordre crucial : quelles sont les tendances dominantes en matière des modalités d’expressions de la science et de l’usage des nouvelles techniques numériques au service de l’Université et de ses articulations à la société ? Quelles formes de manifestations culturelles revêt la vulgarisation scientifique au Liban ? En l’absence d’une politique de recherche nationale, quelles formes d’articulations existent entre politiques scientifiques et politiques territoriales dans une optique de développement durable au sein duquel doit s’inscrire la culture scientifique ? Et, donc, quel est le rôle des pouvoirs locaux dans les politiques scientifiques en général et spécifiquement dans la communication scientifique ? Quelles relations existent et gèrent le rapport public-scientifique-privé-culturel ? Au-delà de la diversité, soit l’hétérogénéité des situations et des acteurs, cette recherche vise à analyser les stratégies des organisations universitaires pour s’adapter aux exigences d’une ère informationnelle dans le champ de l’innovation et de la vulgarisation scientifiques et cherche à comprendre le rôle des modèles de communication mis en place dans cette évolution. La problématique de départ de cette recherche s’articule autour de l’intelligibilité du processus de la communication des savoirs au Liban. Il s’agit de tenter de donner du sens au processus de mise en place d’une culture scientifique au Liban et de chercher à comprendre si la dynamique du déploiement de la culture scientifique obéit d’une part à un processus de conformité et/ou de complémentarité entre les différentes universités et d’autre part à une logique commune de finalité(s) visée(s) dans un environnement scientifique compétitif économiquement contraint. Cette étude vise à questionner l’acteur principal du curriculum scientifique et de la recherche au Liban : l’université, sur le développement de la communication scientifique en identifiant les différentes approches de cette culture scientifique et ses représentations mais également les enjeux de cette communication des savoirs, voire la nature même des savoirs mobilisés et leurs finalités. Ainsi, cette recherche tente de mettre en lumière le potentiel d’un terrain à investir et à développer en proposant des modèles d’évolution à la base des caractéristiques et des spécificités culturelles du paysage académique libanais d’une part et d’autre part de la nature des scenarii mis en œuvre jusque-là. Pour conclure, ce travail s’intéresse à la communication des savoirs, à ses modalités de médiation au Liban au regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté. Il essaie d’en révéler les facettes et de croiser les perspectives à l’ère d’une mondialisation qui voit foisonner de nouvelles formes de rapports et d’interdépendances entre systèmes universitaires et culture scientifique.


  • Pas de résumé disponible.