Vladimir Nabokov (1899-1977) : Un art du portrait.

par Ana Bumber

Projet de thèse en Doctorat Langues vivantes Anglais

Sous la direction de Didier Girard.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 27-11-2015 .


  • Résumé

    L’écriture romanesque de Vladimir Nabokov qui ne cesse, même au 21° siècle, d’interpeller lecteurs et chercheurs, nous amène à retoucher le portrait de l’artiste-romancier non plus en jeune homme, ni même en pervers grisonnant, mais en portraitiste. Notre hypothèse de départ : Et si Vladimir Nabokov était le dernier des modernistes ? L’interrogation, outre qu’elle annonce une étude conversationnelle entre les arts, pose la question légitime de l’art du portrait au sein du genre romanesque à l’époque de la modernité, et peut-être même d’une post-modernité biaisée. Écrivain des ruptures dans les modes de représentation, qui outrepasse les mécanismes de communication de base tels qu’ils furent établis par Grice, Nabokov recourt aux arts visuels là où les mots dépassent le cadre de la bienséance. D’une définition relativement stable de par le passé, le portrait à l’époque moderne est sans cesse redéfini depuis et demeure une préoccupation contemporaine, comme l’attestent les recherches de Carl Havelange. L’écriture novatrice du roman nabokovien dans sa diversité et dans son évolution (de 1926 à 1974) nous incite à fournir une réflexion sur des portraits de papier qui ne sauraient être réduits à de simples prosopopées.


  • Pas de résumé disponible.