Hidradénite suppurée et maladies parodontales

par Stéphane Derruau

Projet de thèse en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Olivier Piot et de Sandrine Lorimier.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Sciences Fondamentales - Santé , en partenariat avec MEDYC - Matrice Extra-cellulaire et DYnamique Cellulaire (laboratoire) et de Equipe Biophotonique et technologies pour la santé-MEDYC (equipe de recherche) depuis le 11-01-2016 .


  • Résumé

    ETAT de l'ART L'hidradénite suppurée ou maladie de Verneuil (HS) est une maladie inflammatoire chronique cutanée souvent méconnue mais fréquente (1% de la population générale), très invalidante dans ses formes moyennes et sévères. Elle se caractérise par l'apparition de nodules profonds et abcès récurrents, douloureux, localisés au niveau des régions du corps porteuses de glandes apocrines notamment dans les régions axillaire, inguinale et anogénitale. La pathogénie de l'HS, en partie inconnue, est probablement multifactorielle (inflammatoire, génétique, infectieuse) avec des facteurs de risque identifiés (tabac, obésité,…) et une association possible avec des maladies inflammatoires notamment digestive et rhumatologique comme la maladie de Crohn et la spondylarthrite. Les maladies parodontales sont des maladies infectieuses à composante inflammatoire. Leurs expressions cliniques sont une destruction plus ou moins rapide des tissus de soutien des dents conduisant, sans traitement, à l'exfoliation de celles-ci. Leur taux de progression est inégalement réparti dans la population. Des études épidémiologiques françaises indiquent qu'environ 12% d'adultes d'âge moyen présentent des atteintes parodontales sévères. Si le facteur bactérien est le facteur étiologique principal de ces maladies, leur progression dépend essentiellement de la réponse immunitaire de l'hôte et de facteurs modifiants (génétiques, systémiques, environnementaux, comportementaux). Aujourd'hui, il est clairement établi que les maladies parodontales peuvent influencer le développement de pathologies générales comme le diabète. OBJECTIFS Aussi, au regard de facteurs étiopathogéniques communs à ces deux maladies, notamment inflammatoires mais aussi, à partir de témoignages recueillis par les dermatologues et parodontistes auprès de certains patients qui se plaignent de douleurs buccales exacerbées en phase aigüe de la maladie de Verneuil, ce projet de thèse a pour but principal de préciser la relation potentielle existant entre l'HS et les maladies parodontales et ce, dans un premier temps, par une approche clinique prospective multicentrique. Puis, dans un deuxième temps, des outils comme les spectroscopies infrarouge et Raman, la spectroscopie de masse ou des techniques de spectroscopie à résonance magnétique nucléaires à proton (1H RMN) seront utilisées dans le but, à partir de biopsies cutanées voire gingivales, et fluides oraux (salive, suppuration cutanées, …) d'améliorer la compréhension des mécanismes étiopathogéniques (bactéries, inflammation, produits de dégradation tissulaire, métabolites…) par lesquels HS et maladies parodontales pourraient être potentiellement associées. Il pourrait alors être envisagé de les utiliser également comme outils de diagnostic, d'évaluation de la sévérité des eux pathologies et de leur pronostic. Ces travaux pourraient déboucher sur un suivi et une prise en charge précoce en parodontologie des patients atteints de la maladie de Verneuil. La compréhension des mécanismes étiopathogéniques de ces deux pathologies, favoriserait la création d'une pharmacopée plus ciblée et donc plus efficace.

  • Titre traduit

    Hidradenitis suppurativa and periodontal diseases


  • Résumé

    STATE OF ART Hidradenitis suppurative disease or Verneuil (HS) is a skin chronic inflammatory disease often overlooked but common (1% of the general population), very debilitating in its moderate and severe forms. It is characterized by the appearance of deep nodules and recurrent abscesses, painful, localized to regions of the carrier body apocrine glands especially in axillary regions, inguinal and anogenital. The pathogenesis of HS, partly unknown, is probably multifactorial (inflammatory, genetic, infectious) with identified risk factors (smoking, obesity, ...) and a possible association with inflammatory diseases such as digestive and rheumatologic disease spondylitis and Crohn. Periodontal diseases are infectious diseases with an inflammatory component. Their clinical expressions are a more or less rapid destruction of tooth supporting tissues driving, without treatment, exfoliation thereof. Their rate of growth is unevenly distributed in the population. The French epidemiological studies indicate that about 12% of middle-aged adults with severe periodontal damage. If the bacterial factor is the main etiological factor in these diseases and their progression depends essentially on the immune response of the host and of modifying factors (genetic, systemic, environmental, behavioral). Today it is clear that periodontal disease can influence the development of general diseases such as diabetes. OBJECTIVES. Also, with regard to common etiopathogenic factors for both diseases, especially inflammatory but also from testimony gathered by dermatologists and periodontists with some patients who complain of oral pain exacerbated by acute phase of the disease of Verneuil, the project Main aim of the thesis was to clarify existing potential relationship between HS and periodontal disease and, initially, by a prospective multicenter clinical approach. Then, secondly, tools such as infrared and Raman spectroscopy, mass spectroscopy or spectroscopic techniques in nuclear magnetic resonance proton (1 H NMR) will be used in order, from skin biopsies or gum, and oral fluids (saliva, skin suppuration, ...) to improve the understanding of the etiopathogenic mechanisms (bacteria, inflammation, tissue degradation products, metabolites ...) by which HS and periodontal diseases could be potentially related. It might then be contemplated to use them also as diagnostic tools for assessing the severity of these diseases and their prognosis. This work could lead to monitoring and early treatment in patients with periodontal disease Verneuil. Understanding the etiopathogenic mechanisms of these diseases, help create a more focused and therefore more effective pharmacopeia.