Le management de la performance et le changement de gouvernance imposes par les financeurs dans un contexte de crise humanitaire et politique : cas d'une ONG libanaise.

par Rita Rhayem

Projet de thèse en Sciences de Gestion

Sous la direction de Nathalie Halgand et de Michele Kosremellli asmar.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) depuis le 01-11-2015 .


  • Résumé

    La mission des Organisations Non Gouvernementales (ONGs) de santé est de livrer, sans aucune discrimination, les soins de santé primaire centrés sur le bénéficiaire. Avec la mondialisation, la diminution des fonds et la mise en place des objectifs mondiaux les ONGs sont encouragées par les bailleurs de fonds à utiliser de nouveaux outils de management visant à mesurer leurs performances, à contrôler la qualité et à faciliter la collaboration avec d’autres ONGs et instances au niveau national, et même régional. Ces outils, devenus un prérequis à l’engagement des fonds, entraînent des séries de changements stratégiques et financiers au niveau de la gouvernance et du système de management de la performance. De plus, faisant face à la plus grande crise humanitaire mondiale depuis des décennies, les changements que subissent actuellement les ONGs, surtout au Moyen Orient, sont parfois si rapides qu’ils affectent le travail quotidien à tous les niveaux. D’inspiration interprétativiste, cette recherche a pour objet d’étudier ces changements, souvent imposés, et leurs impacts sur le département de santé d’une ONG Libanaise. L’étude prendra en considération deux éléments importants: le contexte de crise humanitaire et le contexte politique. L’originalité de la problématique porte sur l’imposition de la collaboration et la recherche vise à comprendre quelles formes celle-ci revêt et comment elle se met en place.


  • Pas de résumé disponible.