Des Nouveaux Réalistes aux États-Unis : transferts artistiques pendant la guerre froide (de la fin des années 1950 à la fin des années 1980).

par Lola Lorant

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Elvan Zabunyan.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    La réception du Nouveau Réalisme, encore largement façonnée par les théories du critique Pierre Restany (1930-2003), a souvent été fondée sur l’appropriation exaltante d’une société de consommation en plein essor. Or cette interprétation est lacunaire. Certaines œuvres sont marquées par d’autres aspects, notamment par le contexte historique, politique, militaire, scientifique et culturel propre à la guerre froide. Ces enjeux contemporains internationaux ne concernent pas uniquement le berceau parisien qui vit naître le mouvement en 1960. Les artistes eux-mêmes se sont inscrits dans un espace transfrontalier et certains d’entre eux, collectivement ou individuellement, se sont tournés vers les États-Unis. Il s’agit plus particulièrement de Arman, Christo, Klein, Niki de Saint-Phalle, Tinguely, Raysse et Spoerri. Cependant, ces transferts ont surtout été appréhendés comme l’échec d’une néo-avant-garde européenne face à un marché américain protectionniste, au moment où New York devint la capitale mondiale de l’art. Au lieu d’envisager la question des transferts artistiques uniquement sous l’angle des rivalités artistiques, cette thèse propose de prendre en considération l’ensemble des réactions critiques outre-Atlantique, afin de faire émerger d’autres regards et décloisonner l’histoire du mouvement. Par ailleurs, l’analyse de cette réception permettra de déterminer si la critique américaine éclipsa, elle aussi, certaines grandes problématiques de l’époque ou bien si, au contraire, elle perçut l’art des Nouveaux Réalistes à travers le filtre des tensions qui traversèrent la société.


  • Pas de résumé disponible.