Les géoparcs mondiaux UNESCO au prime de l'hybridation culturelle entre régimes patrimonialisation et médiation muséale : une étude de cas sur les géoparcs chinois

par Yi Du

Thèse de doctorat en Muséologie

Sous la direction de Yves Girault.


  • Résumé

    Les recherches portant sur les programmes patrimoniaux de l'UNESCO ont été nombreuses à critiquer le rôle joué par l'UNESCO dans la globalisation des régimes de patrimonialisation en tant que force homogénéisatrice imposant des pratiques et des valeurs patrimoniales du Nord au reste du monde. À partir de trois angles d'étude, notre analyse de la fabrique et de la mise en place du programme Géoparc mondial UNESCO (UGG) en Chine nous conduit cependant à prendre du recul sur cette critique. Nous montrons en effet que les rapports des Chinois avec le géopatrimoine ont été, sur le plan historique, et sont toujours le fruit d'hybridations culturelles entre d’une part les courants de pensée endogènes (confucianisme, taoïste), et exogènes (bouddhisme, naturalisme occidental) et d’autre part les politiques publiques et les pratiques de tourisme de montagne. L'institutionnalisation des géoparcs internationaux par l'UNESCO et des géoparcs nationaux en Chine constitue également des arènes d'hybridation au sein desquelles se jouent les négociations entre divers fabric-acteurs (i.e. les géologues, les bureaucrates de l'UNESCO et nationaux). Enfin à l'échelle locale on constate, dans la médiation muséale des trois géoparcs chinois que nous avons analysée, une hybridation entre les consignes nationales et internationales à travers divers registres de langages muséaux utilisés qui sont des révélateurs de leur appropriation au programme de l'UGG selon leur propre vision du patrimoine.

  • Titre traduit

    UNESCO Global Geoparks in the prism of cultural hybridization between heritage regimes and museum mediation : a case study of Chinese geoparks


  • Résumé

    Research on UNESCO's heritage politics has criticized the role played by UNESCO in the globalization of heritage regimes as a homogenizing force that imposes Western heritage practices and values on the rest of the world. This thesis of the fabrication and implementation of the UNESCO Global Geopark Program (UGG) in China leads us however to take a step back on this criticism from three levels of hybridization. We show that the Chinese relationship with geoheritage has historically been the result of cultural hybridizations between the endogenous (Confucian, Taoist) and exogenous currents of thought (Buddhism, Western naturalism), leading to different heritage politiques and practices. The institutionalization of Global Geoparks by UNESCO and National Geoparks in China are also arenas of hybridization in which negotiations between various fabric-actors (i.e. geologists, UNESCO’s and national bureaucrats) are taking place. Finally, at the local scale, we analyzed three Chinese UGG and find in their museum mediation a hybridization between the national and international instructions through various registers of museum languages, revealing of their appropriation to the program of the UGG according to their own vision of heritage.