Comportement technique au Paléolithique supérieur en Alborz

par Mahkameh Abolfathi

Projet de thèse en Quaternaire et Préhistoire


Sous la direction de Hubert Forestier et de Gilles Bérillon.


  • Résumé

    Il y a plus d’un siècle que des recherches préhistoriques sont menées sur une vaste zone de l’Asie du Sud-ouest qui s’étend du Levant au Zagros et au Caucase. Le Paléolithique supérieur y est bien représenté dans des sites en grotte mais également de plein air. Les industries lithiques découvertes dans ces gisements ont permis des études typo-technologiques qui n’ont malheureusement pas toujours été accompagnées de datations absolues et de cadre stratigraphique. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’Aurignacien semble être la culture du Paléolithique supérieur la mieux représentée dans les chrono-séquences des gisements choisis pour étude. La plupart des recherches paléolithiques en Iran se sont focalisées sur la région du Zagros, c’est pourquoi, afin de combler un no man’s land archéologique, nous avons choisi de travailler sur l’Alborz. Nous nous sommes donc appuyés sur deux sites découverts récemment : Garm Roud (Āmol, Māzandarān), unique site du Paléolithique supérieur en contexte stratigraphique connu dans cette vaste région de l’Iran et daté de 33.878±3300 CalBP et Délazien (Semnān), site de surface qui se situe au Sud de la chaîne de l'Alborz dans le désert central. L'étude typo-technologique de ces deux assemblages nous a permis de pointer des similitudes reconnaissables au niveau des stratégies et des modalités de débitage orientées préférentiellement vers une production lamellaire. Nous avons, a contrario, relevé un certain nombre de dissemblances matérialisées par la présence-absence de certains outils appartenant au fond commun aurignacien. Ces observations confirment ainsi l’attribution de ces ensembles lithiques, notamment celui de Délazian, au Paléolithique supérieur. Enfin, pour terminer notre étude, nous avons comparé les résultats des analyses typo-technologiques des sites iraniens avec celles émanant de sites hors Abortz comme ceux du Levant ou encore, ceux plus éloignés de l’Asie du Sud-ouest. Le constat qui se dégage de notre approche est une évidente hétérogénéité des traditions lithiques à l’Aurignacien qu’il convient d’interpréter en fonction de la nature des sites, des environnements naturels divers et certainement, des gestions différentielles des territoires.

  • Titre traduit

    Technical behaviour of Paleolithic superior in Alborz


  • Résumé

    More than a century ago, prehistoric research was carried out over a vast area of south-west Asia extending from the Levant to Zagros and the Caucasus. The Upper Paleolithic is well represented in cave sites but also in the open air. The lithic industries discovered in these deposits have allowed typo-technological studies which unfortunately have not always been accompanied by absolute dates and stratigraphic framework. In the current state of our knowledge, the Aurignacian seems to be the culture of the Upper Paleolithic best represented in the chrono-sequences of the deposits chosen for study. Most Paleolithic research in Iran has focused on the Zagros region, so in order to fill an archaeological no man's land we have chosen to work on the Alborz. We therefore relied on two recently discovered sites: Garm Roud (Āmol, Māzandarān), the only site of the Upper Paleolithic in stratigraphic context known in this vast region of Iran and dated 33.878 ± 3300 CalBP and Délazien (Semnān), site south of the Alborz range in the central desert. The typo-technological study of these two assemblages enabled us to point out recognizable similarities in terms of strategies and debitage modalities oriented preferentially towards lamellar production. On the other hand, we have noted a certain number of dissimilarities materialized by the presence-absence of certain tools belonging to the Aurignacian common fund. These observations thus confirm the attribution of these lithic assemblages, notably that of Delazian, in the Upper Paleolithic. Finally, to conclude our study, we compared the results of typo-technological analyzes of Iranian sites with those from sites outside Alborz such as those of the Levant or those further away from South-West Asia. The conclusion that emerges from our approach is an obvious heterogeneity of the Aurignacian lithic traditions which should be interpreted according to the nature of the sites, the various natural environments and certainly, the differential management of the territories.