Les objets, supports d'échanges dans le monde juif médiéval entre le XIIIe et le XVe siècle, en Provence et dans la Couronne d'Aragon

par Léa Friis Alsinger

Projet de thèse en Histoire et histoire de l'art

Sous la direction de Claude Denjean.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 04-11-2015 .


  • Résumé

    Comme rappelait Thierry Bonnot dans Biographies d'objets, c'est l'objet relationnel qui doit surtout retenir l’attention des sciences humaines et sociales. Après m'être intéressée aux objets comme supports de communication dans une première thèse, c'est à présent aux objets comme supports d'échanges dans et hors les communautés juives à la fin du Moyen-âge, dans un territoire plus vaste a priori, provençal et catalano-aragonais. Mêlant Anthropologie économique, Sociologie et Histoire, l'approche sera à nouveau interdisciplinaire, mais plus du côté de l'Histoire que de l'Histoire de l'Art cette fois. Pourquoi cette obsession des objets ? Sans doute est-ce à rapprocher de ce qu'Antoine Hennion et Bruno Latour marquaient en 1993 : «Les objets font quelque chose, et d’abord ils nous font». Certains échanges d'objets rythment des étapes de vie, sont liés à la pratique religieuse, à la notion de transmission familiale ou même à la Justice et à la politique, et reflètent les différents contextes d'une époque. A l'ère des derniers siècles de coexistence de communautés avant les expulsions des juifs, avec de nombreux décrets contre eux, les paradoxes sont d'ailleurs nombreux, et on peut même trouver des livres sacrés chrétiens dans certaines bibliothèques de communautés juives. De même, des artisans juifs contribuent-ils à de l'art chrétien. Meubles, bibelots, livres donc, mais aussi d'autres "choses" peuvent être considérées ici, mentionnées dans des documents d'archives, les actes notariés en particulier...avec toujours une notion de valeur et de mobilité, pourquoi pas de réutilisation avec remise en contexte, et globalement, une notion de survivance dans une certaine mesure (des éléments inertes pérennes témoins des vivants, mortels), même s'ils ne sont pas tous parvenus jusqu'à nous. D'ailleurs les objets, à l'inverse des produits (épices, vin..) ou des circulations monétaires, semblent peu étudiés et les expositions muséales des objets médiévaux liés aux communautés juives sont très restreintes aussi.


  • Pas de résumé disponible.