L’esthétique blues comme fondement de la musique afro-américaine et de son héritage : le cas de l’interprétation vocale à partir de Bessie Smith, Billie Holiday et Janis Joplin.

par Pauline Cornic

Projet de thèse en Musique et musicologie

Sous la direction de Emmanuel Parent.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Le blues, expression artistique initialement purement afro-américaine, apparaît comme une des origines premières du jazz et de toutes les musiques afro-américaines qui suivirent. Elles auraient pour point commun une origine vocale, via le geste vocal du blues, caractérisé par la notion d’interprétation. Cette dernière assure à la fois l'unité du blues de par le rapport de la vocalité à la langue, et en même temps elle permet l'expression individuelle dans un cadre déterminé socialement. Le nœud entre conception des œuvres et œuvres dans la culture afro-américaine passe donc par ce rapport à la vocalité et au corps, c’est-à-dire par ce qui se trouve, au-delà de la forme, dans tout ce qui a trait au timbre, au phrasé, aux nuances : au corps et à la voix. C’est ainsi que la notion d’interprétation apparait comme centrale dans l’étude et l’analyse de la musique afro-américaine et de ses continuum. Il s’agit plus précisément dans ce projet de thèse d’étudier cette notion dans l’expression vocale issue de la culture afro-américaine, à partir des exemples de Bessie Smith, Billie Holiday et Janis Joplin, afin de mettre en évidence, mais également de définir, ce qu’il y a de commun à ces différentes vocalités : le geste vocal du blues. Si l’axe central de cette problématique est l’interprétation, elle implique également une analyse du chant en termes de matériau musical, ainsi que de la vocalité dans son rapport au texte, et enfin, induit un questionnement ethnomusicologique et anthropologique sur le rapport de la vocalité à la culture dans laquelle elle est produite. La visée de ce travail est donc triple : d’une part tenter une formalisation du geste vocal du blues via l’analyse musicale, d’autre part de mettre en perspective ce geste vocal à la lumière des sciences humaines autres que la musicologie, et enfin d’interroger les outils de la musicologie classique, ainsi que son rapport à ces autres sciences humaines.


  • Pas de résumé disponible.