Le genre à travers le Stance-taking : étude comparée des littératures contemporaines irlandaise et iranienne

par Fahimeh Ghorbani

Projet de thèse en Etudes irlandaises

Sous la direction de , Anne Goarzin et de Pollet Samvelian.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Partant du constat de la domination masculine dans le langage telle que la définit Cora Kaplan, nous nous intéresserons dans cette thèse à la question de l’aspect féminin du langage. Le monde imaginaire de la littérature, en tant que carnaval Bakhtinien, offre un terrain de recherche privilégié pour étudier la possibilité donnée aux femmes de s’exprimer et de déployer l’image qu’elles ont d’elles-mêmes ainsi que la construction de leur identité au travers du langage littéraire. Si on peut parler d’un aspect féminin du langage, c’est que la pensée féminine lui donne vie en révolutionnant l’écriture des femmes. Ceci leur permet féminiser ce langage initialement male-constructed et de s’exprimer telles qu’elles sont et telles qu’elles pensent, créant un style propre au travers de leur positionnement linguistique, que nous appelons stance-taking. La théorie du dialogicity de Mikhail Bakhtin et la nouvelle approche linguistique de stance-taking énoncée par John W. Du Bois et Elise Kärkäinen constituent les axes principaux de cette recherche appliquée sur un terrain ciblé de la littérature contemporaine irlandaise et iranienne notamment celle des romanciers et des dramaturges. Le corpus étudié comprendra des œuvres contemporaines de femmes auteurs de théâtre et de romans, qui serons mises en perspective avec des œuvres d’auteurs choisis.


  • Pas de résumé disponible.