Interdisciplinarité & EPS : Des pratiques pédagogiques ambitieuses et alternatives pour des élèves d’éducation prioritaire.

par Dimitri LE ROY

Projet de thèse en Sciences du sport (staps)

Sous la direction de Michael Attali.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Dans le cadre de cette thèse, je chercherai à étudier les bienfaits des pratiques pédagogiques pluri voire interdisciplinaires pour l’acquisition de savoirs complexes impliquant l’éducation physique et sportive. L’interdisciplinarité ne peut, comme tout concept scientifique, connaître l’unanimité conceptuelle. Néanmoins, nous nous accorderons avec la communauté scientifique pour le définir comme « la coopération de disciplines diverses qui contribuent à une réalisation commune et qui, par leur association, permettent l’émergence et le progrès de nouveaux savoirs » (D’Hainault, 1986). “Soyons clair immédiatement : il n’y a pas d’interdisciplinarité sans disciplinarité, c’est-à-dire sans un contenu cognitif formalisé et sans des dispositifs instrumentaux et procéduraux qui lui sont reliés” (Lenoir, 2015). Ainsi, j’émets le postulat qu’à travers l’alternance d’enseignements disciplinaires et interdisciplinaires - au sein desquels les disciplines collaborent sans prédominance et sans ignorance (Lenoir et Sauve, 1998) - les élèves peuvent acquérir une gamme de savoirs et de valeurs qui en font des individus plus réflexifs et plus adaptables dans l’optique d’une future insertion sociale. « Pas de recherche sans méthode » mentionne Beaud (2006). Ainsi, j’inscris ma recherche dans le cadre méthodologique du « cours d’action ». Il s’agit d’une approche scientifique et autonome du travail qui considère l’activité comme constituant un tout dynamique changeant continuellement, individuel et situé. Concrètement, il s’agira d’étudier « la dynamique du couplage structurel entre l’acteur et son environnement » (Theureau, 2004) en allant à la rencontre d’enseignants d’EPS et de leurs élèves, de les filmer en action puis de réaliser des entretiens d’auto-confrontation. Cette étude de pratiques interdisciplinaires nouvelles et ambitieuses, comme alternatives supplémentaires aux pratiques scolaires traditionnellement cloisonnées, ne se limite pas à de simples innovations pédagogiques. En plus d’être « porteuses d’un sens fort pour les élèves car elles combattent le cloisonnement disciplinaire et aident les élèves à relier les savoirs » (Blanquart & Walkowiak, 2013), elles impliqueront une évolution qui touche aux enjeux éducatifs et politiques d’une nation à laquelle les enseignants devront être formés et préparés.


  • Pas de résumé disponible.