Les essais de Camus

par Alice Devillard

Projet de thèse en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Pascale Alexandre-Bergues.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....) , en partenariat avec LISAA - Littératures Savoirs et Arts (laboratoire) depuis le 10-12-2015 .


  • Résumé

    La recherche que nous souhaitons présenter et définir au sein de ce projet porte sur un corpus bien délimité : il s'agit d'étudier les essais d'Albert Camus (à savoir : Noces 1938, L'Envers et l'endroit 1937, Le Mythe de Sisyphe 1942, L'Homme révolté 1951et L'Eté 1959). Le premier axe de notre réflexion abordera notre corpus sous l'angle générique : nous nous demanderons en quoi ces œuvres peuvent répondre à la définition de l'essai, si toutefois il existe une définition unique et consensuelle pour ce type d'écrit. Cette première étape nous permettra également de justifier le choix de notre corpus en soulignant quels sont les textes, dans l'œuvre de Camus, qui peuvent être considérés comme des essais et pourquoi. Il importe donc tout d'abord de repérer les éléments caractéristiques de l'essai au sein de ces textes : hormis l'étiquette générique apposée sur ces œuvres par l'auteur lui-même, en quoi celles-ci constituent-elles des essais ? Pour cela, il est essentiel de se référer à la théorisation de ce genre mais également au père de l'essai, Montaigne.Mais il est nécessaire également de mettre en évidence les autres grands modèles de Camus dans l'écriture de ses essais et ceci constituera la seconde étape de notre réflexion: quels rapports entretiennent ces textes avec les différentes formes de savoir ? De cette identification du genre de l'essai dans ces textes découle toute la suite de notre étude. Et il s'agit de comprendre comment Camus écrit un essai : quel est son positionnement lorsqu'il écrit et comment l'écriture le fait-il transparaître ? Cette démarche a pour but d'analyser la particularité du positionnement auctorial de l'écrivain au sein de ses textes, entre volonté d'objectivité et lyrisme

  • Titre traduit

    Camus essays


  • Résumé

    The research which we wish to present and to define within this project concerns a well bounded corpus: it is a question of studying the essays of Albert Camus ( Noces 1938, L'Envers et l'endroit 1937, Le Mythe de Sisyphe 1942, L'Homme révolté 1951et L'Eté 1959).Le first way of our reflection will approach our corpus under the generic angle: we shall wonder in what these works can answer the definition of the essay, if however there is a only and consensual definition for this type of writing. This first stage will also allow us to justify the choice of our corpus by underlining what are texts, in the work of Camus, which can be considered as essays and why. It is thus important first of all to spot the characteristic elements of the essay within these texts: except the generic label affixed on these works by the author, in whom do these establish essays? For that purpose, it is essential to refer to the theorization of this genre but also to the father of the essay, Montaigne. But it is necessary also to highlight the other models of Camus in the writing of its essays and this will constitute the second stage of our reflection: what links maintain these texts with the various forms of knowledge? Of this identification of the genre of the essay in these texts ensues all the continuation of our study. And it is a question of understanding how written Camus a essay: what is its positioning when he writes and how the writing it makes it show through? This approach aims at analyzing the peculiarity of the auctorial positioning of the writer within its texts, between will of objectivity and lyric.