La reconfiguration de l'environnement de communication : twitter dans les manifestations brésiliennes de 2013

par Nina Fernandes Dos Santos

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et communication

Sous la direction de Cécile Méadel.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les changements apportés par l'utilisation des médias sociaux au système de communication brésilien et sur la dynamique de communication qu'ils ont favorisée dans le cas des manifestations brésiliennes de 2013. Notre argument repose sur une triple approche : une vision systémique de l'environnement de communication (Chadwick, 2013) ; une conception de la technologie comme structurée et transformée par son utilisation et, en même temps, comme un élément qui influe et modifie les utilisations qu'elle implique (Jouët, 1993) ; et la dynamique de la communication en tant qu'élément essentiel des systèmes démocratiques (Della Porta, 2013). Notre recherche est basée sur des entretiens avec des acteurs clés parmi les activistes, les acteurs politiques et de la communication des manifestations, ainsi que l’analyse d’un corpus de tweets. La structure du travail est centrée sur trois discussions principales. Nous abordons d’abord les relations entre l’utilisation des médias sociaux et les discours sur les médias traditionnels à travers le concept de médiactivisme (Cardon et Granjon, 2010). Après cela, nous explorons différentes voies d’information rendues possibles par l’utilisation des médias sociaux, dans lesquels des nouveaux médiateurs émergent. Enfin, nous discutons les conséquences de la dynamique de visibilité des médias sociaux sur la construction du monde commun (Arendt, 1958). Finalement, après la proposition de Hardt (2017) selon laquelle un mouvement doit également être analysée en relation avec les faits qui les précèdent et les succèdent, nous essayons de relier certaines de nos conclusions à des problématiques en œuvre au Brésil après 2013.

  • Titre traduit

    The reconfiguration of the communication environment : twitter in the 2013 Brazilian protests


  • Résumé

    This dissertation discusses the changes brought by social media use to the Brazilian communication system and the communicative dynamics they favored in the case of the 2013 Brazilian protests. Our argument is based on a triple approach that considers: a systemic view of the communication environment, as proposed by Chadwick (2013); a conception of technology as structured and transformed by its use and, at the same time, as an element that impacts and modifies the uses it entails (Jouët, 1993); and the communicational dynamics as an essential part of democratic systems (Della Porta, 2013). Our research is based on interviews with key activist, political and communicational actors of the protests and on the analysis of a corpus of tweets. The structure of the work is centered in three main discussions. We first access the relations between the use of social media and the discourses about mainstream media through the concept of mediactivism (Cardon & Granjon, 2010). After that, we investigate alternative paths of information made possible by the use of social media where new mediators emerge. Finally, we search an understanding of the consequences of the social media visibility dynamics on the construction of the common world, as defined by Hannah Arendt (1958). In the end, following Hardt’s (2017) proposal that the temporality of a movement needs to be analyzed in the relation with the facts that precede and succeed them, we write an exploratory final part of the dissertation linking some of our findings with political and communicational issues that emerged in Brazil after the 2013 movements.