L'emprise en entreprise. Au-delà de ses mécanismes, en sortir pour pacifier le travail, libérer son « geste » professionnel et aller vers la joie.

par Wadih Choueiri

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Franck Brillet.


  • Résumé

    L'emprise en entreprise. Au-delà de ses mécanismes, en sortir pour pacifier le travail, libérer son « geste » professionnel et aller vers la joie. Quand le « geste » du manager, du RH ou du coach devient "emprise", quand le lien « normal » devient tyrannique, quelles réponses existe-t-il pour d'autres modes de coopération ? Si l'on abandonne l'idée que l'entreprise est cette mère dévoreuse toxique et un lieu de barbarie ordinaire où l'empreinte capitalistique explicite toutes les prises de position, alors s'ouvre une autre façon de questionner les souffrances qui y habitent, l'emprise qui peut y exister et la co-responsabilité de ses acteurs. L'homme, en prise directe avec ses responsabilités, devient alors tout à la fois réceptacle, acteur et auteur des violences qui s'y manifestent, avec un ressort principal agissant, une emprise excessive, lui permettant, croit-il, de prendre soin de ses besoins. Pourquoi ce travail ? Alors que la souffrance au travail est plus que jamais d'actualité, que l'expression des violences au sein des organisations professionnelles ne faiblit pas, il apparaît plus que jamais opportun de questionner l'emprise qui peut s'exercer en entreprise et d'interroger l'émergence de nouveaux modes de coopération qui ouvre à une liberté d'action retrouvée, à un plaisir qui peut s'exprimer dans l'exercice de son "geste" professionnel, à une attention à l'ensemble des besoins essentiels que chacun peut s'accorder à lui-même et que l'entreprise peut également promouvoir.


  • Pas de résumé disponible.