Dire et Écrire la révolte en France et en Angleterre (XVIIe-XIXe siècle)

par Brice Evain

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Gauthier Aubert.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    Le XVIIe siècle a parfois été qualifié par l’historiographie française de « siècle des révoltes », étudiées dans les années 1970 par des historiens comme Yves-Marie Bercé, Madeleine Foisil ou encore René Pillorget. Ce travail entend reprendre ce dossier dans une approche renouvelée, à la fois culturelle et littéraire. Il s’agira en effet de travailler sur les récits que les révoltes populaires françaises et anglaises du premier XVIIe siècle (v. 1600-1640) ont suscités tout au long de la période moderne (XVIIe- début du XIXe siècle). Suivre ainsi l’écriture immédiate et la mémoire plus lointaine des soulèvements populaires, c’est étudier les discours portant sur les révoltes dans deux royaumes aux modèles politiques divergents, c’est élaborer une histoire de la représentation de la révolte à travers le prisme des soulèvements populaires du premier XVIIe siècle. Quelles sont les formes et les façons de dire et d’écrire la révolte en France et en Angleterre ? Comment se construit, au cours de l’époque moderne, une mémoire et un imaginaire des soulèvements populaires ? Comment enfin se forment ou se dévoilent, à travers la représentation des révoltes, des cultures politiques différenciées ? Ce sont ces questions que ce sujet entend explorer à partir d’une analyse serrée des sources narratives portant sur ces révoltes. Dans une démarche interdisciplinaire, entre analyse littéraire et histoire culturelle du politique, ce travail réfléchit donc sur ce que veut dire « se révolter » de part et d’autre de la Manche au cours du premier XVIIe siècle et sur l’évolution de cette idée au fil de la période moderne.


  • Pas de résumé disponible.