Evaluer et valoriser la performance sociale et territoriale de la microfiance : une analyse de la stratégie parenariale de la SIDI

par Yelome edith esther Kpodekon

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Pascal Glémain.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    L’objectif global de cette Thèse de Doctorat est de définir et d’évaluer les performances sociales des structures de financement de proximité en tant que facteur de cohésion sociale et surtout de développement local, en particulier dans leur relations avec les Organisateurs de Producteurs (OP) et au regard des partenaires africains qui bénéficient en majorité des services financiers de la Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement (SIDI). La SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement), est un investisseur social, acteur de la Finance Solidaire créé par le CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement). Elle fait aussi de l’appui/conseil et de l’assistance technique (aux institutions de microfinance, aux organisations de producteurs et aux mutuelles de solidarité). A ce titre, nous comptons interroger les modèles d’accompagnement et de suivi portés par la SIDI. Nous répondrons ainsi à la question suivante : la SIDI est-elle une « entreprise solidaire étendue » ou un facilitateur de mise en coopération au sein d’un réseau territorialisé de microfinance d’organisations de producteurs ou bien au service des OP et de leur(s) modèle(s) économique(s)? Cette étude présente une innovation : la nature même des structures de l’étude, les échelons des structures sur lesquels elle sera menée, en cherchant à valoriser les organisations de producteurs et les mutuelles de solidarité. Les OP et les MUSO sont peu prises en compte contrairement aux IMF. Nous inscrivons donc nos travaux dans la lignée de ceux conduits par B.Wampfler, F. Doligez et E. Vuillod par exemple. Au travers du sujet on fait l’hypothèse selon laquelle les organisations de producteurs et les mutuelles de solidarité sont des vecteurs de cohésion sociale et de développement local. Et sont sources d’innovations qu’il conviendra de dévoiler.


  • Pas de résumé disponible.