Les difficultés de l'émergence d'un droit africain autonome de la santé.

par Jonathan Bevis

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Éric Mondielli.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes) depuis le 23-11-2015 .


  • Résumé

    L'Afrique, berceau de l'humanité, l'Afrique aujourd'hui un territoire hétérogène à tous les niveaux et notamment à travers les questions des droits de l'Homme et de la santé. C'est à travers ce constat que mon travail de recherche portera. En effet, pendant plusieurs siècle ce continent à été la plaque tournante du trafic d'esclaves entre les pays européens et le « nouveau » monde.C'est à travers ce « pillage » que les questions de santé qui existaient bien avant l'esclavage se sont retrouvées impactées. Des questions de santé qui à partir des années 60, c'est à dire lors de la décolonisation, que les anciennes colonies vont essayer de mettre en place un droit de la santé qui va s'inspirer des pays européens et notamment la France.Ce qui est permis de constater, c'est que ce mimétisme, ne peut s'opérer sur ce territoire. En effet, pour des raisons économiques, politiques, sociologiques et même sanitaires ce mimétisme européen présente de nombreuses failles. C'est à partir de ces failles que va s'orienter mon travail de recherche : le droit africain de la santé doit être une conciliation de la médecine traditionnelle de ce territoire tout en prenant en compte les paramètres de développement des grandes aires urbaines dans de nombreux pays africains. Par conséquences, il sera intéressant de voir comment la médecine traditionnelle a été mise à l'écart à partir de l'esclavage et de voir comment aujourd'hui, cette médecine émerge de nouveau. Et c'est là que le droit va intervenir pour une meilleure prise en compte des paramètres locaux.


  • Pas de résumé disponible.