Travail documentaire et compétences informationnelles des enseignants : étude du cas des professeurs d'anglais et de mathématiques d'un collège confrontés à la réforme curriculaire de 2016

par Anita Messaoui

Projet de thèse en Sciences de l'Education

Sous la direction de Luc Trouche.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec École normale supérieure de Lyon (établissement opérateur d'inscription) et de Sciences, Société, Historicité, Education, Pratiques, Equipe de recherche (laboratoire) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    L’éducation aux médias et à l’information (EMI) est une des nouveautés de la réforme 2016 du collège. Cette « éducation à » est intégrée au socle commun et fait l’objet d’un développement au même titre que les programmes disciplinaires. Elle est fortement sollicitée pour l’élaboration des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI). Tous les professeurs sont en charge de la dispenser, avec l’appui du professeur documentaliste. Les enseignants disciplinaires ne sont pas des spécialistes du domaine, mais nous émettons l’hypothèse qu’ils développent des compétences informationnelles dans le cadre de leur travail documentaire. La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ, 2005) s’est appuyée sur les travaux de l'Association of College and Research Libraries, pour définir les compétences informationnelles comme l’ensemble des aptitudes permettant aux individus «de déterminer les moments où ils ont un besoin d’information et, de trouver, d’évaluer et d’utiliser cette information» . Le CREPUQ distingue cinq domaines : i) identifier son besoin d’information, ii) accéder aux informations nécessaires avec efficience, iii) évaluer de façon critique l’information obtenue, iiii) utiliser efficacement l’information en vue d’atteindre un objectif, iiiii) comprendre les questions économiques, juridiques et éthiques liées à l’information et les respecter. L’objet de cette recherche serait donc d’identifier les compétences informationnelles développées par les enseignants dans leur travail de préparation de cours. La question de la sélection des ressources et leur appropriation dans un contexte pédagogique sera au cœur de l’étude. Le curriculum applicable à la rentrée 2016 amène des situations nouvelles tant sur le plan des contenus à enseigner, les algorithmes en mathématiques par exemple, que sur le plan de l’organisation de ces enseignements avec une vision des apprentissages sur le temps de cycles de trois ans. Dans ces circonstances de profond changement du contexte et des contenus d’enseignement, nous pouvons supposer que les enseignants vont être amenés à reprendre une grande partie de leur préparation de cours, en travaillant parfois sur des éléments qui n’ont pas été appris lors de leurs formations initiales. Il conviendra de centrer l’étude sur les éléments de cette catégorie. Nous nous baserons sur les éléments développés dans l’approche documentaire du didactique (Gueudet et Trouche, 2010) pour mener une analyse comparative du travail documentaire des enseignants dans des disciplines contrastées. Notre cadre théorique prendra également appui sur les théories de l’activité (Léontiev 1984 ; Engeström 1999) et sur les études de Diekema et Olsen (2012 et 2014) autour de la notion de pertinence. Nous porterons une attention particulière à la dimension numérique des ressources utilisées. La recherche portera sur l’observation et l’analyse du travail documentaire des enseignants au sein d’un collège rural. Les équipes disciplinaires d’anglais et de mathématiques sont pressenties pour constituer le terrain. Nous nous intéresserons aux aspects individuels et collectifs de ce travail dans le contexte de la mise en œuvre de la réforme curriculaire du collège à la rentrée 2016. Ce projet de thèse s’inscrit dans le projet national ANR ReVEA (Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage, 2014-2018).


  • Pas de résumé disponible.