Dans l'ombre du soleil levant : trajectoires shintô au coeur de la construction de la Mandchourie japonaise

par Edouard L'HERISSON

Projet de thèse en Histoire, sociétés et civilisatons

Sous la direction de Michael Lucken.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Par le biais de l’étude croisée de trois trajectoires individuelles de leaders religieux modernes, mon travail de thèse met en lumière l’intégration des acteurs shintô au cœur de la construction de la Mandchourie japonaise durant la première moitié du XXe siècle. Chaque acteur dont le parcours est analysé à travers un prisme micro-historique est une façon de saisir des aspects différents de l’expansion japonaise dans cette région du Nord-Est de la Chine et de replacer cette dernière dans le cadre spatio-temporel d’une vie humaine constituée de flux matériels et immatériels. Les trois leaders considérés sont Matsuyama Teizō - le fondateur du sanctuaire de Dalian -, Deguchi Onisaburō – le cofondateur de la secte Ōmoto -, et Kakei Katsuhiko – juriste tenant du « shintō des origines ». Chacun d’eux fut lié directement au processus d’expansion en Mandchourie : Matsuyama fut l’un des premiers desservants shintō sur place et participa activement à la construction de plusieurs sanctuaires dans la péninsule du Liaodong. Il fonda finalement son propre mouvement à la fin des années 1910. Deguchi mena une expédition militaro-religieuse dont le but était l’unification de la Mongolie, première étape de l’unification de l’Asie puis du monde. Ce tournant fit de lui l’un des piliers de la constitution de l’imaginaire associé à cette région au Japon durant les années 1930. Enfin, Kakei forma une grande partie des élites coloniales et son shintō des origines fut au centre de l’entraînement des jeunesses volontaires des émigrés japonais en Mandchourie. Il effectua également des cours sur le shintō auprès de l’empereur Puyi alors le shintō d’Etat était de plus en plus présent dans le Mandchoukouo à partir des années 1940. A la fois concrètes et intellectuelles, les trois trajectoires de ces acteurs shintō de premier plan permettent de ressaisir la Mandchourie japonaise par le biais du shintō, mais aussi ce dernier à travers son imbrication dans le processus de construction impériale.

  • Titre traduit

    In the Shadows of the Rising Sun : shintô Trajectories within the Building of Japanese Manchuria


  • Pas de résumé disponible.