La construction et l'intériorisation des normes et des représentations de l'amour et de l'amitié chez les enfants de 6 à 11 ans.

par Kevin Diter

Projet de thèse en Santé publique - sociologie

Sous la direction de Muriel Darmon et de Nathalie Bajos.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec CESP - Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , Sexualité et soins (Genre, Sexualité, Santé) (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-01-2013 .


  • Résumé

    Objectif : L'objectif de cette thèse est de comprendre par quels processus les individus intériorisent et incorporent les représentations (genrées) de l'amour et de l'amitié. Pour ce faire, il faut s'intéresser aux moments où ces derniers sont confrontés pour la première fois à ces différents sentiments, c'est-à-dire lorsqu'ils sont enfants et qu'ils commencent à côtoyer, par l'intermédiaire de l'école, d'autres personnes de leur âge et à s'intéresser à l'autre (sexe) et à l'affectivité ou à l'amour. Problématique et hypothèses : Ce travail s'appuie sur deux postulats théoriques issus de la sociologie de la socialisation et de la sociologie des émotions. D'une part, les rapports aux sentiments affectifs des adolescent-e-s et des adultes sont délimités par ce qu'ils ont « appris par corps » de l'amour, de la féminité et de la masculinité dès leur plus jeune âge. D'autre part, les représentations sexuellement différenciées des émotions ne proviennent pas exclusivement de ce que les enfants ont appris de l'amour et de l'amitié, mais aussi d'une intériorisation d'une vision diffuse du monde social qui oppose en tous points féminin et masculin. De ces deux postulats théoriques découlent trois hypothèses : 1/ La socialisation genrée à l'amour et à l'affectivité ne se limite pas à la socialisation familiale. Quatre principaux agents socialisateurs y participent: le réseau familial, les pairs, les enseignant-e-s et les médias. 2/ L'appartenance sociale joue un rôle majeur dans la socialisation différentielle des enfants à l'amour et à l'affectivité. Elle influe tant sur la composition et la configuration des agents socialisateurs que sur les contenus des normes qu'ils prescrivent. 3/ L'apprentissage des rapports affectifs et amoureux par les enfants ne passe pas seulement par les discours des différentes instances de socialisation. Il s'effectue aussi à travers leurs non-dits, leurs comportements voire leurs absences de comportements.

  • Titre traduit

    Construction and internalization of norms and representations of love and friendship in children from 6 to 11 years old


  • Résumé

    Objective: The objective of this research project is to understand the processes through which individuals internalize and incorporate gendered representations of love and friendship. To that end, we must take a closer look at the time when individuals are first confronted to this feelings, that is to say during childhood, when they start encountering each other at school and taking interest in the other (sex) and in affectivity or love. Research question and hypothesis: This project is based on two theoretical postulates from the field of the sociology of socialization and the sociology of emotion. Firstly, the apprehension of emotion is framed by what is learned (and bodily incorporated) about love, friendship femininity and masculinity from the younger age. Secondly, gender differentiate representations of feelings are not only rooted in what children have learned about love, but also in the internalization of a dichotomous vision of a social world where everything is categorised as either feminine or masculine. Drawing from these postulates, three hypothesis can be formulated: 1/ Gendered socialization to love and affectivity cannot be limited to family socialization. Four other socializing agents take part in it: familial network, peers, teachers and the media. 2/ Social status plays an important role in this differential socialization. It influences the composition and configuration of socializing agents, as well as the normative contents they prescribe. 3/ The acquisition of affective norms by children does not only rely on the discursive prescriptions of the various socializing instances. It also takes place through what is unsaid, what is done or even what is not done.