Flaubert : le Libéralisme en littérature

par Nobuyuki Hirasawa

Projet de thèse en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Gisele Seginger.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec Centre de recherche Littératures, savoirs et arts (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (laboratoire) depuis le 27-11-2015 .


  • Résumé

    « Flaubert : le Libéralisme en littérature » À la veille de la révolution de Juillet, Victor Hugo a défini le romantisme comme « libéralisme en littérature ». Marqué par ce « libéralisme en littérature », Flaubert se définit lui-même comme un « libéral enragé » et il affirme son hostilité au despotisme, qu'il s'agisse du pouvoir de l'État ou d'une pensée politique comme celle des socialistes qui donnent la primauté au collectif sur l'individuel. La définition du libéralisme flaubertien n'implique pas une réflexion sur le régime politique idéal, mais le désir de défendre l'individu à une époque où l'opinion et les masses jouent un rôle de plus en plus grand. Cet individualisme s'exprime dans les trois dimensions : (économico-)politique (anti-« socialisme »), esthétique (« art ») et éthique (« moralité »). Nous essayerons d'abord de mettre au jour les contextes idéologiques du libéralisme de Flaubert, en adoptant la méthode de l'histoire des idées. Ensuite, en analysant la mise en texte des discours politiques dans les trois romans modernes, Madame Bovary, L'Éducation sentimentale et Bouvard et Pécuchet, nous tenterons d'élucider la relation que ce positionnement entretient avec son écriture.

  • Titre traduit

    Flaubert : Liberalism in Literature


  • Résumé

    “Flaubert : Liberalism in Literature ” On the eve of the July Revolution, Victor Hugo defined romanticism as “liberalism in literature”. In this perspective, in the letter of 30 March 1857, Flaubert declared :“I feel hatred for despotism in every point. I am an ardent liberal.” According to this view, Flaubert denounces the anti-liberalism of socialists as “a hideous detestable pedantic thing to do which will result in the death of every art and every morality”. The liberalism of Flaubert, therefore, consists of the following three dimensions: politic(anti-“socialism” ),aesthetic(“every art”) and ethic(every morality”). We should place Flaubert's “liberalism” historically in the calling into question of liberty both politically and epistemologically and in this investigation of its historical location, it will be determined together with its limits and its contradictions included. Thus we will try to bring to light the position of Flaubert in his contemporary debates about the idea of liberty, in adopting the method of the history of ideas. As a result of these examinations, we will attempt to elucidate the relation which this positioning may keep with his écriture (writing). By means of analyzing the documentation and the genetic process of Flaubert's works(notably Madame Bovary, L'Éducation sentimentale, Bouvard et Pecuchet), we shall try to elucidate the ethics of immanent liberty in Flaubert's écriture.