« La violence à l'égard des infirmières tunisiennes aux services des urgences en post révolution »

par Donia Remili

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Valérie Cohen-scali et de Noureddine Kridis.

Thèses en préparation à Paris, CNAM en cotutelle avec Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire (Paris) , en partenariat avec Centre de recherche sur le travail et le développement (Paris) (laboratoire) et de Psychologie de l'Orientation (equipe de recherche) depuis le 12-12-2013 .


  • Résumé

    Résumé du projet de thèse Auteure : Donia REMILI, doctorante en psychologie, (Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis). « La violence à l'égard des infirmières tunisiennes aux services des urgences en post révolution » Près de quatre ans après la révolution en Tunisie, la violence semble perdurer et s'installer sur la scène sociale en tant que phénomène social. Cette violence atteint, et de façon particulière quelques milieux de travail, constituant ainsi une des facettes des risques psycho-sociaux dans le monde de travail, dont, principalement, le milieu de soins. Les structures de soins sont de plus en plus souvent, soumises à la violence des usagers. Cette violence étant orientée vers le corps soignant, et essentiellement les infirmiers qui sont en contact direct avec les patients et leurs accompagnants. Selon la littérature internationale, les services les plus touchés par cette violence étant, logiquement, les services dits de porte, ou services d'urgences. Le recensement de ces actes de violence en Tunisie, par les services du ministère de la santé confirme une augmentation vertigineuse du phénomène. Bien que les statistiques demeurent peu fiables et surtout non exhaustives. La multiplication de ces actes de violence, leurs répercussions socio-psychologiques, ainsi que les stratégies défensives mises en place par le corps soignant afin de contrer ce phénomène, et la volonté d'identifier et de proposer le dispositif efficace à même de prendre en charge les victimes et se pencher sur l'étude des moyens de prévenir ce genre de comportement, ont été les facteurs déterminants qui nous ont incités à entreprendre cette étude. Nous relevons que les quelques études qui s'étaient intéressées au phénomène ont négligé un volet important, celui de l'appréciation des répercussions physiques, mais aussi socio-psychologiques de cette violence sur l'infirmier. Sachant que le métier même d'infirmier prédispose le professionnel au stress et au Burn-out, aux troubles de l'humeur et aux maladies psychosomatiques. Les principaux objectifs de la recherche • Evaluer le taux des actes violents à l'égard des infirmiers dans le milieu de soins en post révolution, de la part des patients et de leurs familles • Apprécier les facteurs favorisants les différents types de violence contre les infirmières, en rapport avec l'infirmier, le patient et/ou de ses accompagnateurs, mais aussi avec l'organisation du travail, et les conditions du travail au sein du service en question. • Apprécier les principales manifestations de la violence et les stratégies défensives utilisées par les infirmières pour la gérer • Evaluer les répercussions de la violence sur la santé physique et mentale de l'infirmier, et sur le déroulement du travail dans le service. • Aider à mettre en place un dispositif de prévention et de prise en charge multidisciplinaire de ces actes de violence. • Identifier les meilleurs mécanismes et la façon de les mettre en jeu, afin de prendre en charge les répercussions psychologiques chez les victimes de violence sur le lieu du travail. Problématique La réalité de la violence en milieu de soins en Tunisie en période de post-révolution étant incontestablement prouvée par les statistiques descriptives dans nos structures de soins, notamment dans les services des urgences, nous pouvons formuler les grands axes de notre problématique: • En quoi consistent les facteurs favorisants et déclenchant la violence contre les infirmiers dans certains services d'urgence ? • Quels sont les mécanismes de défense réactivés par les infirmiers et quelles sont les stratégies d'adaptation mises en place pour gérer ces situations de violence ? • Quelles seraient les répercussions de la violence sur la santé physique et psychologique des infirmiers victimes de violence et quelles seraient les répercussions sur la qualité du travail ? • Enfin, en quoi consistent les mesures de prévention et de prise en charge multidimensionnelle (psychologique, organisationnelle, juridique…), des victimes de violence sur le lieu de travail, ainsi que toute l'équipe soignante au sein d'un service d'urgence? Hypothèses générales de la recherche La violence en milieu de soin s'installe sur le principe d'un cercle vicieux : Des soignants sont agressés par des patients ou par leurs familles  qui réagissent  qui se retirent des équipes de soins  Les équipes deviennent moins nombreuses  Le personnel devient plus stressé  Délais d'attente plus allongés  Agression ou mauvais traitement des patients  aggravation des agressions de la part des accompagnateurs des patients… L'hypothèse que nous pouvons formuler ici est la suivante : La profession infirmière, le contexte organisationnel spécifique des services des urgences et la présence des accompagnateurs dans ces services de porte, sont susceptibles de déclencher différents types de violence à l'égard des soignants, et d'entrainer des répercussions néfastes sur ces personnels et sur le déroulement du travail. Méthodologie de la recherche Il s'agit d'une étude prospective, qui se veut à la fois quantitative et qualitative. 1er temps : Etude quantitative : Mesure de l'incidence de la violence sous toutes ses formes auprès d'un échantillon d'infirmiers et infirmières, (300 à 400 sujets), dans les services à étudier. Cette étude sera comparative entre les services de porte et les services d'hospitalisation, de même qu'entre les services du grand Tunis et les services de l'intérieur du pays. Le matériel à utiliser, au cours de cette étude quantitative se composera principalement de : 1/ Un questionnaire hétéro administré : Dont l'objectif sera de mesurer les variables en rapport avec les facteurs causant la violence chez les infirmières, les manifestations de cette violence, et les répercussions de la violence sur la santé physique et mentale de ces dernières, ainsi que sur la qualité du travail. Ce questionnaire sera proposé :  Aux infirmières  Aux patients  Aux accompagnateurs des patients. 2/ Une grille d'observation : Cet outil de recueil de données nous servira comme moyen de mesure de certaines variables qui se basent sur l'observation, à savoir l'effectif théorique et réel des infirmières dans les services que ce soit en garde ou de jour, le nombre de malades consultant dans ces services (données recueillies sur les registres d'enregistrements des malades du service), la durée moyenne d'attente des patients pour être examinés. • Repérer certaines situations de violence, en identifiant le ou les auteurs et la victime. • Apprécier les réactions et les stratégies défensives des infirmières vis-à-vis de cette violence. • Evaluer l'intervention de la police et la réaction de toute l'équipe médicale et paramédicale suite à la scène de violence sur le lieu de travail… 2ème temps : Etude qualitative : se basant sur des entretiens et certains tests et échelles psychologiques, afin d'affiner les résultats et mieux comprendre les facteurs explicites et implicites de ce phénomène de violence, ses manifestations et ses répercussions sur le personnel soignant au niveau psychologique et organisationnel. • Des entretiens semi-directifs seront effectués aussi bien pour : les infirmières et les patients et / ou leurs accompagnateurs. • Des tests et échelles psychologiques seront utilisés, afin de mesurer les répercussions physiques et mentales sur la santé des infirmières à travers la mesure de certaines variables en l'occurrence : o L'échelle de HAD : Echelle de dépression et d'anxiété à l'hôpital. o Le test de personnalité des 5 facteurs (Big five) : test de personnalité. o Test de Rosenzweig (mesurer les réactions des infirmiers face à des situations de frustration.) o Test de Maslasch : Pour mesurer le burn out chez les infirmières. L'échantillon à étudier lors de cette étude qualitative sera composé de 4 infirmières de chaque service (dans les sept services à étudier que ce soit des urgences ou d'hospitalisation, en respectant dans notre sélection la variable genre, et âge.) soit, (28 infirmières interrogées), et quatorze patients (14), soit (2 patients de chaque service). Le cadre de référence théorique de la recherche : Dans notre recherche nous allons nous référer principalement à l'approche clinique et sociale et du travail, ainsi que l'approche psychodynamique du travail. Ces différents champs d'intervention nous serviront de base solide dans notre appréhension, analyse et interprétation du notre sujet, ainsi que leurs méthodes d'investigation.

  • Titre traduit

    «Violence towards Tunisian nurses in the emergency rooms in post revolution»


  • Résumé

    Thesis project summary «Violence towards Tunisian nurses in the emergency rooms in post revolution» Almost four years after the Tunisian revolution, violence seems to continue and settle down on the social stage as a social phenomenon. This violence reaches, and particularly some workplaces, thus forming one of the psychosocial risks facets in the world of work, including mainly in the health care environment. The health-care structures are more often subjected to the users' violence. Such a violence being directed to the medical staff, and especially the nurses who are in direct contact with the patients and the persons accompanying them. According to the international literature, the most affected services by this violence being, logically, the ones called the key services, or the emergency services. The acts of violence census in Tunisia, by the services of the Health department confirm a staggering increase of the phenomenon. Although the statistics remain rather unreliable and non-exhaustive. The increased incidents of violence, their social-psychological effects, together with the defensive strategies implemented by the medical staff in order to counter this phenomenon, and the willingness to identify as well as to offer the adequate device quite capable of taking the responsibility for the victims and further study the liable means to prevent this kind of behavior, have been the determining factors in inciting us to undertake this study. We note that the few studies dealing with that issue neglected an important aspect, that of the assessing of the physical effects, but also the socio-psychological ones of that violence on the nurse. Knowing that the very job of a nurse predisposes the professional to stress and to Burn-out, to anxiety disorders and to psychosomatic illnesses. The research main objectives •Assess the rates of the violent acts toward the nurses in the care setting after the revolution, on the part of the patients and their families. •Appreciate the factors favoring the different types of violence against the nurses, in relation to the male nurse, the patient and /or his accompanists, but also with the work organization, and the working conditions within the service in question. •Appreciate the main demonstrations of violence and the defensive strategies used by the nurses in order to manage it. •Assess the violence effects on both the physical and mental health of the nurse, and on the work flow of the service. •Help settle a protective and multidisciplinary care device of these violent acts. •Identify the best mechanisms and the way to bring them into play, in order to take charge of the psychological effects on the victims of violence in the work place. Issue The reality of violence in the care setting in Tunisia after the revolution being unquestionably proved by the descriptive statistics in our care structures, namely in the emergency services, we can formulate the main principles of our issue: •What are the factors contributing and triggering violence against nurses in certain emergency services? •What are the defensive mechanisms reactivated by the nurses and what are the adaptation strategies implemented to manage these situations of violence? •What would be the violence effects on the physical and psychological health of the nurses being victim of the violence and what would be the drawbacks on the quality of work? •Finally, what are the prevention measures undertaken and those of the multidimensional responsibility (psychological, organizational, legal…), of the victims of violence on the work place, as well as the whole treatment team within the emergency service? Research general hypotheses Violence in the care environment is founded on the principle of a vicious circle: Caregivers are attacked by patients or by their families→ who react→ who retire from the treatment teams→ the teams become less numerous→ the staff becomes more stressed→ the waiting times longer→ Aggression or the patients' bad treatment→ Worsening of the aggressions by the patients ‘accompanying patients persons… The hypothesis we can conclude here is the following: Nursing, the emergency services specific organizational context and the presence of accompanists in these door-to-door services, are liable to trigger different types of violence towards caregivers, and to lead to detrimental effects on this staff and the work flow. Research methodology It concerns a prospective study, which is at the same time quantitative and qualitative. 1st step: quantitative study: The measurement of the violence impact under all of its forms on a selected sample of nurses (300 to 400ones), in the services to study).This study is going to be comparative between the door-to-door and the hospitalization department services, as well as between the services of the Greater Tunis region and those of the interior of the country. The equipment to be used, during this quantitative study will consist principally of: 1/ An hetero administered questionnaire: whose objective will consist in measuring the variables in relation to the factors responsible of the violence within the nurses, this violence manifestations, and its implications on both the physical and the mental health, as well as on the work quality. This questionnaire will be proposed to:  The nurses  The patients  The patients' accompanists 2/ An observation chart: This tool of data collection will be used as a means of measuring certain variables based on observation, namely the actual and the real number of nurses in the departments whether in custody or a day ones, the number of consultants in these services (data received on the registration of the department patients' registers), the average duration of waiting for the patients to be examined: •Identify certain abusive situations, by recognizing the perpetrator and the victim. •Appreciate the nurses' reactions and defensive strategies towards such violence. • Assess the police intervention and the whole medical and paramedical team following the scene of violence on the worksite… 2nd step: Qualificative study: based on interviews and a few tests as well as psychological scales, in order to refine the results and to better understand these violence phenomenon explicit and implicit criteria, its signs and its impact on the medical staff at the psychological and organizational level. • Semi-directive interviews will be carried out both for: the nurses and the patients as well as for their accompanists. •Tests and psychological scales will be used, in order to measure the physical and mental effects on the nurses' health through the measuring of, in this case, certain variables: ○HAD scale: Hospital depression and anxiety scale. ○The 5 personality factors test (Big Five): personality test. ○The Rosenzweig Test (measure the nurses' reactions to cope with frustrating situations.) ○Maslash Test: In order to measure the burn out within the nurses. The sample to be investigated during this qualitative study is going to include 4nurses of each department (among the seven departments to be studied whether for the emergency or the hospitalization one, while respecting in our selection the gender and age variables) meaning (28 nurses questioned), and fourteen patients (14), meaning (2patientsfrom each department). The research theoretical framework In our research we are going to refer mainly to the work clinical and social approach, as well as the work psychodynamic approach. These different intervention fields will serve us as a sound basis in our apprehension, analysis and our issue interpretation, as well as their methods of investigation.