L’ALIMENTATION DES PRÉSIDENTS DE LA Ve RÉPUBLIQUE FRANÇAISE À TRAVERS LA TABLE ET LA DIPLOMATIE

par Franck Philippe

Projet de thèse en Doctorat histoire

Sous la direction de Marc De ferriere le vayer.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 19-11-2015 .


  • Résumé

    Le début de la Ve République française marque un nouveau style de gouvernance dû à la constitution de 1958, qui place le président de la république de manière différente et particulière au sein de l’exécutif de l’État français. Charles de Gaulle est élu premier président de la Ve République française au mois de décembre 1958. À l’issue du premier septennat en 1965, les français lui accorderont sa confiance pour un second mandat, inachevé par la démission du président au mois d’avril 1969. Les présidents de la République française permettent au patrimoine gastronomique français d’être représenté et exporté dans un cadre protocolaire défini parfois strict. Les arts culinaires, de la table et du service contribuent à favoriser l’excellence à travers le rayonnement mondial de la gastronomie et du savoir-faire français. Les thèmes étudiés dans le cadre du mémoire de master seront élargis et approfondis, de nouvelles pistes seront explorées de la vie quotidienne aux grands évènements diplomatiques qui conditionnent la dimension des présidents de la Ve République. Chaque président de la République a souhaité laissé une empreinte de son mandat, celle de ses goûts culinaires n’a pas échappé à ceux qui ont partagé les grandes réceptions officielles en l’honneur de chefs d’États et souverains étrangers. Mais c’est une certaine continuité de l’État qui a permis de promouvoir le sens aigu du raffinement des réceptions françaises présidentielles. En politique comme ailleurs, le repas, qu’il soit d’ordre privé, officiel, de travail ou d’État, permet de concilier les oppositions, de rapprocher les contraires, de trouver le compromis qui résulte de l’essence même du partage de la nourriture, celle de la pacification sociale et politique. Par ailleurs, les voyages officiels et privés du général de Gaulle à l’étranger, en province française, dans les départements et territoires d’Outre-mer comme les visites officielles et privées de personnalités étrangères en France, qu’ils soient chefs d’État ou monarques, sont autant de sources composant le socle de la recherche. L’étude comporte plusieurs volets autour des déjeuners, dîners et réceptions de personnalités diverses et variées : ministres, avocats, dirigeants politiques et économiques, écrivains, gouverneurs de colonie, hauts fonctionnaires, militaires, juristes, personnalités religieuses, représentants d’association, anciens combattants et déportés, partis étrangers et syndicats. En outre, la richesse des lieux de réception permettra de présenter la diversité de l’organisation des pratiques alimentaires : palais de l’Élysée, château de Versailles, château de Rambouillet, château de Champs-sur-Marne, pavillon de Marly-le-Roi, ou encore le train présidentiel. Les études porteront également sur les notes des collaborateurs, le service du protocole, les notes biographiques, les listes d’invités, les cartons d’invitations, les plans de tables, les menus, les programmes, les listes des personnels, le matériel de service utilisé, les archives orales et écrites, les témoignages écrits et oraux de collaborateurs vivants mais aussi sur les lieux de réception. Les mets et les vins servis lors de réceptions soumis aux règles protocolaires permettent-ils de dégager un style de gouvernance ? Sont-ils un modèle d’influence de la gastronomie française ? Quelle place réelle du protocole dans les réceptions présidentielles ? Les hôtes du président ont-ils une incidence sur les modalités d’organisation d’une réception ? Le choix des produits, des mets, des vins, des fleurs est-il lié à une empreinte du cuisinier, de l’intendant, de collaborateurs voire même de l’épouse du chef de l’État ? Quelle est la place des produits servis à la présidence dans le patrimoine agricole français ? L’origine familiale et sociale, la formation, l’expérience politique, les préférences culinaires ont-ils permis aux présidents de la Ve République de dompter un protocole parfois rigide en donnant à la table présidentielle, outre le faste nécessaire qu’il convient, un vrai témoignage de leur différence de style dans l’organisat


  • Résumé

    Ion et la réalisation des réceptions ? Quelle évolution ces dispositions a-t-elle subi dans le temps ? Nous tenterons donc d’apprécier les différentes influences sur la table des présidents de la Ve République française afin de porter un regard sur le style alimentaire présidentiel à partir des années 60.