Créativité musicale et territoires en redéfinition. Pour une analyse des manifestations culturelles musicales en ex-Yougoslavie de 1990 à nos jours

par Ivana Petrovic

Projet de thèse en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Sylvie Dallet.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020) , en partenariat avec Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (laboratoire) et de université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Vicissitudes politiques et manifestations musicales ont eu des vies et mené des parcours parallèles en ex-Yougoslavie de 1990 à nos jours. Notre thèse aura pour mission d'analyser les manifestations culturelles marquantes touchant le domaine de la musique pendant cette période, avec un double objectif : il s'agira d'examiner, d'une part, la façon dont celles-ci ont tenté de réinstaurer un sens du « vivre-ensemble » sur des territoires minés par la guerre, au sein de peuples profondément désunis après tant d'atrocités, et d'autre part, la façon dont une certaine image des pays des Balkans a été construite et promue auprès de l'Europe de l'Ouest à l'occasion de ces concerts et festivals. Des années de turbulences en ex- Yougoslavie ont mené, entre autres, vers la créativité et les événements musicaux qui ont laissé un grand impact dans l'inconscient collectif, déclenchent un effet de résilience chez certaines populations. Nos recherches seront surtout centrées sur les concerts marquants ("le concert pour la paix" à Sarajevo et le concert de "Bouton blanc" à Belgrade) et les deux festivals ("Exit" et "Guca" en Serbie) qui ont eu pour but, par le truchement de ces manifestations populaires, de changer le regard des hommes les uns envers l'autres. La question principale sera "Comment la musique dans toutes ses manifestations permet-elle de recréer un lien social et politique au sein des territoires ex-yougoslaves en pleine redéfinition? Le territoire examiné sera l'ex Yougoslavie (même si nous serons basés plus précisément sur la Serbie, la Croatie et la Bosnie). Avant la séparation de ces pays (entre 1990 et 2000 ), le nom de la fédération était toujours la Yougoslavie , et on ne peut pas pas parler d'un seul pays, on mentionnera donc plutôt le nom de " ex- Yougoslavie" comme territoire-cible.

  • Titre traduit

    Musical creativity and redefinig territories. Analysis of musical cultural events in the former Yugoslavia from 1990 until today


  • Résumé

    Political and musical events conducted parallel course in the former Yugoslavia from 1990 to the present. Our thesis will aim to analyze the significant cultural events affecting the field of music during this period, with a dual purpose: it will examine, firstly, the way they were aiming to reinstate a sense of "living together" in territories undermined by the war, in people deeply disunited after so many atrocities, and secondly, how a certain image of the Balkan countries was built and promoted regarding Western Europe through the concerts and festivals. Turbulent years in former Yugoslavia has led, among others, towards creativity and musical events and festivals that have left a great impact in the collective subconscious,and has provoked the effect of resilience in some populations. Our research is mainly focused on major concerts (the "Concert for peace" in Sarajevo and the concert of "White button" in Belgrade) and the two festivals ("Exit" and "Guca" in Serbia) which were intended , through these popular events, to change the behavior and attitude of feuding nations towards each other's. The main question will be "How the music can recreate a social and political bond within the former Yugoslav territories which have been redefined? We will exam a territory of former Yugoslavia (although we will be based specifically on Serbia, Croatia and Bosnia). Before the separation of these countries (between 1990 and 2000), the name of the federation was still Yugoslavia and one can not devide and speak about one single country, so we rather mention the "former Yugoslavia" as a target teritory.