Médiation du discours institutionnel sur le dépistage des cancers et appropriation par les publics féminins

par Coralie Nicolle

Thèse de doctorat en Sciences de l'Information et de la Communication

Sous la direction de Caroline Ollivier-yaniv.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés , en partenariat avec CEDITEC - Centre d'Etude des Discours, Images, Textes, Ecrits, Communications (laboratoire) .


  • Résumé

    En France, la lutte contre le cancer fait l'objet d'un cadrage dépolitisé qui participe à l'individualisation des responsabilités à travers la promotion de la détection précoce. Elle vise à inciter à adopter de « bonnes habitudes » en matière de dépistage et produit à ce titre une vision normative de la santé qui requiert le conformisme. Qu'en est-il pour des publics populaires dont le style de vie et les pratiques sont éloignés de ces normes ? Face à un discours qui présente le dépistage comme salvateur et à des rapports sociaux contraignant les possibilités d'expressions, ces publics peuvent-ils s'opposer au dépistage ? Parmi eux, les femmes de milieux populaires pratiquent peu le dépistage malgré une intensification de la communication à leur égard. Par la mise en place d'une enquête de terrain socio-ethnographique et l'observation d'un dispositif participatif numérique, la recherche vise à définir les publics de campagne et à comprendre comment ces femmes construisent leur appropriation des recommandations sur le dépistage en tenant compte des rapports sociaux qui entourent leur médiation. L'appropriation se construit finalement sur le long terme. Elle se manifeste par une intégration ou non de la recommandation dans les discours et dans les pratiques des publics. L'expérience de la santé telle qu'elle est vécue au quotidien est centrale dans l'appropriation. Elle est partagée par de multiples médiations et prend du sens à travers le témoignage, dans les conversations quotidiennes. Face à de faibles possibilités d'expression, la résistance se manifeste quant à elle dans des pratiques plus discrètes, au quotidien, tandis qu'une adhésion peut être affichée en public.

  • Titre traduit

    Mediation of institutional discourse about cancer screening and appropriation among female audiences


  • Résumé

    In France, the fight against cancer can be described by his depoliticized framework. As such, the promotion of early detection contributes to the individualization of responsibilities. This promotion aims at prompting people to adopt good screening habits and as a result, produces a normative vision of health that requires conformity. What about popular audiences whose lifestyles and practices don't match the social norm? Considering a discourse that presents screening as life saving and social relations restricting the possibilities of expression, can these audiences oppose screening? Among them, women from the working-class are getting less tested despite more intensive communication towards them. By setting up a socio-ethnographic field survey and observing a digital participative system, the research aims to define the campaign audiences and understand how women build their appropriation of screening recommendations by taking into consideration the social relationships surrounding their mediation. Appropriation is ultimately a long-term process that is built whether or not audiences integrated the recommendation in their discourses and practices. Appropriation is also dependant on the experience of health as lived on a day-to-day basis and shared through multiple mediations. Among them, the testimony, of experience on daily conversations contributes to building the audience's opinion on screening. Due to limited possibilities of expression, resistance manifests itself in more discreet ways and in daily practices, while an adherence can be claimed in public.