La Décentralisation en Turquie: Les difficultés et Les opportunités

par Galip emre Yildirim

Projet de thèse en Sociologie, démographie

Sous la direction de Patrice Duran.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société , en partenariat avec Institut des Sciences Sociales du Politique (laboratoire) et de École normale supérieure Paris-Saclay (Cachan, Val-de-Marne) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    La décentralisation est un phénomène politico-administratif qui prévoit le transfert de certains pouvoirs de l'État central vers les collectivités locales dans une administration territoriale. Dans ce processus, le but principal est de déterminer les affaires administratives entre l'État et les autorités locales, de rendre efficace l'action publique, la démocratie représentative et l'ordre sociale. En Turquie, le processus de décentralisation est plutôt influencé par des éléments socio-historiques que par un caractère administratif. Au milieu du XIXe siècle, l'État turc a réalisé une série de réformes centralistes qui reflètent le modèle administratif de France. Ces réformes administratives visent à empêcher la dispersion de l'Empire. Ainsi, les premières collectivités locales au sens modern créent dans le contexte où il y a une vague de modernisation au sein de plusieurs domaines. C'était donc le premier pas de la décentralisation dans l'histoire du pays. Avec la fin de la structure impériale en Turquie, l'État républicain a introduit de nouvelles valeurs et plusieurs idées au pays, comme la laïcité, la souveraineté nationale et l'État-nation. Le nouveau système républicain a mis l'accent sur une vision centraliste dans multiple domaine au but de consolider le concept « l'État-nation » au sein du pays. Dans ce contexte politique et social, les autorités locales étaient assez faibles. Leurs responsabilités n'ont pas pu passer au-delà d'assurer les services municipaux. Néanmoins, certaines difficultés, comme l'exode-rural, obligent le gouvernement à faire des réformes administratives. En 1984, les municipalités métropolitaines sont créées comme des organisations suprêmes dans les villes industrialisées pour gérer les flux migratoires. Cependant la vision centraliste de l'administration est marquée par plusieurs éléments sociaux. Cela a causé un paradoxe multidimensionnel. Ce travail vise à chercher ce paradoxe.Pour en sortir, la Turquie devrait créer un système administratif plus décentralisé. Car il y a plusieurs facteurs internes et externes qui empêchent la création de tel système administratif. De même, en 2004, 2005 et en 2012, le gouvernement turc a réalisé des réformes importantes pour rendre effective les autorités locales à travers la décentralisation. Pour comprendre cette nouvelle régulation, on pense alors à réaliser un travail de terrain au sein des organisation de l'Etat.

  • Titre traduit

    Decentralization in Turkey: Challenges and Opportunities


  • Résumé

    Decentralization is a political-administrative phenomenon that provides a transformation from certain state powers to local governments in the territorial administration. In this process, the main objective is to determine the administrative affairs between state and local authorities and make public action effective, the representative democracy and the social order. In Turkey, decentralization process has been influenced by socio-historical elements rather than administrative character. In the middle of the nineteenth century, Turkish State has set up a series of centralist reforms, which reflect the French administration model. These centralist reforms aimed to prevent the dispersion of the Empire. Thus, the first local governments were created in context of modernization in many areas. That was first step of the decentralization in the modern sense. By the end of Empire structure in Turkey, Republican State has introduced new values and several new ideas in the country, like secularism, national sovereignty and state-nation. New republican system has emphasized a centralist view in many fields in order to strengthen the concept of State-nation in the country. In this politic and social context, local authorities were so weak and their responsibilities could not pass beyond municipal services. Nevertheless, some of the difficulties, like rural-urban migration, forced the government to make administrative reforms. In 1984, metropolitan municipalities have been established as supreme organizations in the big industrial cities in order to manage migration flows. However, many social facts have already marked centralist vision in administration. In this context, it caused a multidimensional paradox. This text aims to seek this paradox. To escape from this paradox, Turkey must create a decentralized administration system yet, for the time being, there are many internal and external factors which obstruct the implementation of such an administrative system. Likewise, in 2004, 2005 and 2012, Turkish government has made important administrative reforms in order to render the local authorities affective in terms of decentralization. To understand these new regulations, we will examine the operations of State organizations.