Le démonstratif en latin tardif et altimédiéval : étude de la documentation notariale privée rédigée en Gaule et en Italie (7e – 10e siècles).

par Piotr Plocharz

Projet de thèse en Sciences du langage


14:00 Lieu envisagé : ENS de Lyon

Sous la direction de Céline Guillot et de Maria Selig.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec École normale supérieure de Lyon (établissement opérateur d'inscription) et de Institut d'Histoire des représentations et des idées dans les modernités (Lyon ; Clermont-Ferrand ; Saint-Étienne) (laboratoire) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    A) Période traitée : VIIe – IXe/Xe siècle. B) Corpus : textes juridiques/diplomatiques et vies de saint. C) Objectifs : 1. Créer un corpus numérique de textes écrits en latin tardif du domaine mérovingien et du domaine lombard (carolingien). 2. Analyser d’un point de vue sociolinguistique les textes qui représentent la variation italienne du latin. Les examiner linguistiquement (surtout les paramètres pragmatico-discursifs en ce qui concerne les vies de saints) et littérairement. Identifier les ressemblances et les différences avec le latin en Gaule et en Italie. 3. Par comparaison avec le processus d’émergence du français, analyser la transition du latin à l’italien. Retrouver les traces linguistiques qui annoncent la future forme romane du latin. Soulignons ici que le passage du latin aux langues romanes ne peut pas être vu comme une substitution d’un système à l’autre, mais plutôt comme un diasystème où coexistent différents registres. 4. Décrire la variation linguistique – l’application de la notion de norme à cette période n’a pas de sens puisque la seule norme à laquelle peuvent se référer les auteurs est la norme classique. Décrire le changement et la grammaticalisation de certains éléments linguistiques. Nous allons nous appuyer sur la théorie des variantes invisibles (considérées comme la source des changements qualitatifs dans l’histoire d’une langue ainsi que de la fragmentation ayant lieu dans un espace langagier donné) de M. Barra-Jover. De plus, observer la relation entre le changement et le genre textuel donné. 5. Livrer une contribution à la compréhension de l’histoire (socio-)linguistique et culturelle de ces deux domaines romans. Utiliser et évaluer les concepts et méthodologies de la linguistique de corpus en les appliquant à des données reflétant une situation linguistique aussi complexe que celle du latin tardif parlé. Dégager les faits pertinents qui pourraient avoir une portée dans le domaine de la linguistique générale.


  • Pas de résumé disponible.