Risque d'eutrophisation dans la rivière Saigon : impacts des rejets de la métropole d'Ho Chi Minh Ville (Vietnam)

par Thi ngoc tuyet Nguyen

Projet de thèse en Sciences de la Terre et de l'Univers et de l'Environnement


Sous la direction de Nicolas Gratiot et de Julien Nemery.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de Terre, Univers, Environnement , en partenariat avec Institut des Géosciences de l'Environnement (laboratoire) depuis le 01-11-2015 .


  • Résumé

    Les autorités Vietnamiennes sont de plus en plus préoccupées par l'accroissement des risques de dégradation de la ressource en eau qui touchent les milieux aquatiques continentaux et littoraux. L'eutrophisation est caractérisée par un excès d'éléments nutritifs tels que l'azote (N) ou le phosphore (P) et par un changement des rapports de ces éléments avec le carbone (C) ou encore la silice (Si). Ces excès de nutriments et les changements des rapports C/N/P/Si conduisent au développement massif d'algues, à la désoxygénation de la colonne d'eau et peuvent favoriser le développement d'algues toxiques (cyanobactéries). Un des problèmes posés est d'identifier les origines de cette pollution nutritive et sous quelle forme les éléments sont transportés dans les milieux aquatiques. On distingue les apports ponctuels sous forme dissoute (rejets domestiques et industriels) et les apports diffus particulaires fortement liés à la dynamique des sédiments provenant de l'érosion des sols. La ville d'Ho Chi Minh Ville (HCMV) est située au Sud Vietnam en zone tropicale, sous un régime climatique alternant moussons et périodes sèches. HCMV, capitale économique du Vietnam avec plus de 9 millions d'habitants, est en pleine expansion économique et démographique comme la plupart des grandes villes d'Asie du Sud-Est (Luu et al. 2012). La ville est traversée par la rivière Saigon (bassin versant de 5 000 km² ; 250 km de long) et dispose d'un système de canaux très important de plus de 160 km quadrillant la ville. La rivière Saigon, et les canaux, sont soumis à un régime tidal semi diurne et à un gradient de salinité pouvant remonter dans les canaux de la ville. La ville ne dispose pas de réseaux de collecte et de traitement des eaux en adéquation avec les besoins. Suivant les études, moins de 1% à 10 % des eaux urbaines et domestiques et 20-50% des eaux industrielles sont traitées avant d'être directement rejetées dans les canaux de la ville (Marcotullio 2007 ; DONRE 2012). Les enjeux régionaux sont forts avec la présence en aval d'HCMV de grandes zones de production aquacole au sein même de la zone protégée de la mangrove de Can Gio (zone classée « réserve de la biosphère » par l'UNESCO). Dans ce contexte, les objectifs de cette thèse se déclinent en trois questions scientifiques principales: 1) Quelles sont les quantités de pollution nutritive qui sont rejetées par HCMV ? 2) Sous quelle forme (dissous ou particulaire, minérale ou organique) et dans quel rapport (C/N/P/Si) sont transportés les éléments vers l'aval ? 3) Quels sont les flux exportés en aval à la zone côtière avec pour perspective d'évaluer le risque d'eutrophisation pour la Mangrove de Can Gio?

  • Titre traduit

    Risk of eutrophication in the Saigon River: impacts of the Ho Chi Minh Megacity (Vietnam)


  • Résumé

    The Vietnamese authorities are increasingly concerned about the increased risk of deterioration of water resources affecting aquatic and continental coastlines. Eutrophication is characterized by an excess of nutrients such as nitrogen (N) or phosphorus (P) and by a change in the relationship of those elements with the carbon (C) or silica (Si). These excess nutrients and changes in C/N/P/Si lead to massive development of algae, deoxygenation of the water column and can favor the development of toxic algae (cyanobacteria). One issue is to identify the origins of this nutrient pollution and in what form the elements are transported in aquatic environments. We distinguish point sources contributions under dissolved form (domestic and industrial wastewaters) and particulate diffuse inputs strongly linked to the dynamics of sediment from soil erosion. The city of Ho Chi Minh City (HCMC) is located in South Vietnam in the tropics, under a climate regime alternating monsoon and dry periods. HCMC, the economic capital of Vietnam with more than 9 million people, is in full economic and demographic expansion like most major cities in Southeast Asia (Luu et al. 2012). The city is bisected by the Saigon River (watershed 5000 km², 250 km long) and has a very important system of channels over 160 km crisscrossing the city. Saigon River and canals are subject to a semi-diurnal tidal regime and a salinity gradient. The city does not have collection networks and water treatment in line with requirements. According to the studies, less than 1% to 10% of urban and domestic water and 20-50% of industrial water is treated before being discharged directly into canals (Marcotullio 2007; DONRE 2012). Regional issues are strong with the presence in HCMC downstream large aquaculture production areas within the protected area of Can Gio Mangrove (area classified "Biosphere Reserve" by UNESCO). In this context, the objectives of this thesis are divided into three main scientific issues: 1) What are the amounts of nutrient pollution that are rejected by HCMC? 2) What form (dissolved or particulate organic or inorganic) and in what ratio (C/N/P/Si) elements are transported downstream? 3) What are the flows exported downstream to the coastal zone with the view to assessing the risk of eutrophication for the Can Gio Mangrove?