La construction du patrimoine de Saint Louis du Sénégal : entre reconnaissance publique et stratégie durable de développement territorial et touristique

par Cherif Sane

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Saupin Guy.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de STT - Sociétés, Temps, Territoires (Nantes) depuis le 13-07-2015 .


  • Résumé

    Ancienne capitale de l’Afrique Occidentale Française (AOF), Saint-Louis est la première ville construite par les Européens en Afrique noire. Elle présente un ensemble urbain, architectural, historique et culturel parmi les plus remarquables de l’Afrique de l’Ouest. Ces vestiges de l’époque coloniale lui ont permis d’être inscrite en 2000 au patrimoine de l’humanité. En effet, cette inscription porte la ville de Saint-Louis et le Sénégal sur le devant de la scène internationale et implique un engagement fort des collectivités locales et des administrations nationales dans une politique de sauvegarde et de mise en valeur de l’île. Pourtant, l'état de cet héritage colonial est aujourd’hui alarmant : ce patrimoine matériel risque d’être inscrit sur la liste des patrimoines en péril, voire menacé de déclassement. Cette menace engendrée entre autre par plusieurs facteurs, d’ordre politique (gouvernance) et économique, peut aussi être expliquée par l’abandon ou l’oubli d’un riche patrimoine culturel immatériel des habitants de l’autre Saint-Louis que nous dénommons ici la Saint-Louis « Africaine ». Ce patrimoine culturel immatériel de Saint-Louis dite « Africaine » est de nos jours mis en quarantaine au profit du patrimoine colonial inscrit au patrimoine mondial. Or ce patrimoine immatériel représente des marqueurs identitaires pour les autochtones de Saint-Louis « Africaine ». Cependant, la patrimonialisation de Saint-Louis « Africaine », entend fonder une stratégie durable de développement territorial et touristique de Saint-Louis.


  • Résumé

    Former capital of French West Africa (AOF), St. Louis is the first city built by Europeans in black Africa. It has an urban, architectural, historical and cultural among the most remarkable of West Africa. These vestiges of the colonial era have allowed it to be included in 2000 to the heritage of humanity. Indeed, this inscription bears the city of Saint-Louis, Senegal on the front of the international scene and involves a strong commitment from local authorities and national administrations to a policy of safeguarding and development of the island. Yet the state of this colonial legacy is alarming today: the tangible heritage may be included in the list of heritage in danger, or threatened to downgrade. This threat caused by several factors, among others, political (governance) and economic, can also be explained by the abandonment or neglect of a rich intangible cultural heritage of the inhabitants of another St. Louis that we call by the St. Louis "African". This intangible cultural heritage of St. Louis called "African" is today quarantined in favor of the colonial heritage World Heritage. Or is this intangible heritage of indigenous identity markers for St. Louis 'African'. However, the heritage value of St. Louis 'African', intends to base a sustainable strategy of territorial development and tourism in St. Louis.