Cancer du sein, facteurs de risque environnementaux, interactions gènes-environnement (GxE), analyses par pathway

par Takiy eddine Berrandou

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Pascal Guénel.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec CESP - Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , Cancer et environnement (Epidémiologie des Cancers, Gènes et Environnement) (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Cancer du sein, facteurs de risque environnementaux, interactions gènes-environnement (GxE), analyses par pathway Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes, avec plus de 54 000 nouveaux cas diagnostiqués en France en 2012. Les principaux facteurs de risque connus du cancer du sein incluant les facteurs hormonaux et reproductifs, le surpoids après la ménopause et certaines prédispositions génétiques, ne permettent d'expliquer qu'une minorité de cas. Certains facteurs environnementaux comme le tabagisme (actif/passif) ou l'exposition à des polluants organochlorés persistants (POP) ont été suspectés d'entraîner un risque accru de cancer du sein, mais leurs effets cancérogènes n'ont pas été identifiés clairement jusqu'à ce jour. De nouvelles recherches sont nécessaires pour confirmer ou infirmer l'existence d'un lien de causalité entre ces expositions et le cancer du sein. Nous nous proposons d'étudier le rôle de ces facteurs de risque environnementaux dans le cancer du sein en utilisant des données d'exposition détaillées disponibles sur la durée de vie et des informations sur le génotype des individus. Nous étudierons en premier lieu le rôle des expositions environnementales dans le risque de cancer du sein en identifiant les paramètres d'exposition les plus pertinents combinant les multiples caractéristiques des expositions étudiées (ex : fréquence, intensité, durée…). Nous étudierons également le rôle des polymorphismes génétiques dans des pathways spécifiques pouvant moduler les effets cancérogènes de ces expositions (ex : polymorphismes sur les voies biologiques impliquées dans le métabolisme des polluants environnementaux). Nous explorerons enfin l'existence d'interactions entre les gènes et l'environnement. Le travail de thèse sera basé sur les données d'une large étude cas-témoins en population (étude CECILE) comportant 1232 cas et 1317 témoins, pour lesquels nous disposons de données environnementales détaillées et de données de génotypage. Des méthodes statistiques innovantes telles que « profile regression » seront utilisées pour déterminer des profils d'exposition à des ensembles de variables possiblement colinéaires. Les données génotypiques seront analysés en utilisant des approches par « pathway » candidat (ex : Adaptive Rank Truncated Product), permettant d'étudier l'effet d'un ensemble de polymorphismes sur un gène ou sur un pathway donnés, et de gagner en puissance statistique par rapport à l'approche classique où les polymorphismes sont considérés individuellement. Ce travail de thèse devrait permettre d'identifier de nouveaux facteurs de risque des cancers du sein grâce à l'analyse de données détaillées sur les expositions environnementales et de données génotypiques.

  • Titre traduit

    Breast cancer, environmental risk factors, geneenvironment interactions (G x E), pathway-based analysis


  • Résumé

    Breast cancer, environmental risk factors, gene-environment interactions (G x E), pathway-based analysis Breast cancer is the most common cancer among women. In France, more than 54,000 new cases were diagnosed in 2012. The risk factors known to increase the risk of breast cancer are related to hormonal and reproductive factors, alcohol consumption, overweight and genetic predisposition. Smoking (active / passive) and environmental exposure to persistent organochlorine pollutants (POP) require further in-depth epidemiological investigations to confirm or refute the existence of a causal link between these exposures and breast cancer. In this project we will investigate the role of these potential risk factors in breast cancer using detailed exposure data available over the lifespan and genotype information in specific gene pathways involved in the metabolism of the exposures. We will also conduct gene-environment interaction analyses, which may enhance the identification of risk factors by looking at the most genetically susceptible individuals. The work of the thesis will be based on the data from the CECILE study (population-based case-control study, 1,232 cases / 1317 controls). Innovative statistical methods such as regression profile will be used to determine exposure profiles based on multiple variables possibly colinear. Genotype data will be analyzed using pathway-based approaches (e.g. adaptive rank truncation product method).