Etude de la signalisation et du devenir des dommages initiaux de l'ADN induits par un rayonnement X de basse énergie: comparaison avec un rayonnement X de référence

par Amélie Freneau

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Laurence Roy et de Gaëtan  Gruel.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Structure et Dynamique des Systèmes Vivants , en partenariat avec Laboratoire de dosimétrie biologique (laboratoire) , Effets des rayonnements ionisants sur l'ADN (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 07-09-2015 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse s'inscrit dans le cadre d'un programme IRSN en cours qui consiste à étudier, à l'échelle submicrométrique, des relations entre la topologie des dépôts d'énergie et celle des évènements biologiques initiaux associés aux dommages moléculaires engendrés. En effet, le questionnement sur l'existence ou non d'un lien causal entre les effets précoces radio-induits et les conséquences tissulaires tardives est un des enjeux majeurs pour la compréhension des effets des rayonnements ionisants sur l'organisme. Dans ce contexte, le travail de thèse consistera à analyser les caractéristiques qualitatives, quantitatives, temporelles et structurelles de la signalisation et du devenir des dommages à l'ADN induits par un rayonnement X de basse énergie. Il permettra d'identifier, le cas échéant, les spécificités associées aux dommages induits par ce type de rayonnements par comparaison avec les caractéristiques mesurées pour un rayonnement X de référence (>100 keV). Cette caractérisation sera réalisée, entre autres, à travers l'observation par immunofluorescence des foci nucléaires (H2AXser139p, 53BP1, DNA-scars…), induits suite à l'exposition aux différents rayonnements X. De par la nature stochastique des dépôts d'énergie, cette évaluation se fera à travers l'analyse d'un grand nombre de noyaux cellulaires ayant été soumis simultanément à un même stress ionisant de manière à pouvoir appréhender les caractéristiques probabilistes des observations, et de les lier aux caractéristiques physiques propres à chaque rayonnement étudié.

  • Titre traduit

    Study of signaling and evolution of initial DNA damage induced by low energy X rays: comparison with X rays of reference


  • Résumé

    This work is part of an ongoing IRSN program which aims studying, at the submicrometric scale, relationship between the topology of energy deposition and the initial biological events associated with involved molecular damage. In fact, the questioning of the existence or absence of a causal link between the early radiation-induced effects and late tissue consequences is one of the major issues for understanding the effects of ionizing radiation on the organism. In this context, this thesis will involve to analyze qualitative, quantitative, time related and structural characteristics of signaling and behaviour of DNA damage induced by low energy X rays. It allows to identify specificities associated to damage induced by this type of radiation compared to measured characteristics with X rays of reference (>100keV). This characterization will be carried out, not especially, through the observation by immunofluorescence of nuclear foci (H2Axser139p, 53BP1, DNA-scars…), induced following to exposition to different X rays. According to stochastic energy deposition profile, this evaluation will be done through the analysis of a large number of cell nuclei that were simultaneously submitted to the same ionizing stress in such a way as to understand the probabilistic characteristics of observation, and to link them to the specific physical characteristics of each studied radiation.