Les politiques de puissance au XXIe siècle. Le cas du golfe Persique

par Rachid Chaker

Thèse de doctorat en Relations Internationales

Sous la direction de Julian Fernandez et de Jean-Vincent Holeindre.


  • Résumé

    La quête de puissance semble être une constante de la politique internationale. Les crises qui découlent des compétitions entre Etats pour la puissance sont nombreuses et l’époque contemporaine, marquée par l’essor de la démocratie et du droit international ne semble pas avoir remis en cause cet état de fait. Le golfe Persique et les huit Etats qui l’entourent sont depuis plusieurs siècles l’objet de convoitises de la part de puissances extérieures à la région, en rivalité permanente pour y accroitre leur influence. Ces compétitions connaissent cependant depuis le début du XXIe siècle une recrudescence de leur intensité. Les puissances extérieures traditionnelles et dominantes de la région, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France y sont depuis peu confrontées à l’influence grandissante de nouveaux acteurs extérieurs. Parmi eux, se trouvent la Russie, la Chine, la Turquie, l’Inde et dans une moindre mesure Israël. Dans le même temps, plusieurs Etats du Golfe semblent avoir fait de l’accroissement de leurs forces une centralité de leur politique sur leur scène régionale, avec des déclinaisons multiples. L’objectif de cette étude est de déterminer les objectifs des politiques de puissance déployées dans le Golfe au XXIe siècle par les différents acteurs, de définir, par prolongation, les usages assignés à la puissance dans ce contexte, ainsi que les degrés de puissance convoités par les Etats.

  • Titre traduit

    Power Policies in the Persian Gulf in the 21st Century


  • Résumé

    Quest for power seems to be a constant in international politics. Crises that lead to competitions between states for power are numerous and the contemporary era, marked by the rise of democracy and international law, does not seem to have called this state of affairs into question. The Arab-Persian Gulf and the eight states which surround it have for several centuries been the object of covetousness by the part of powers outside the region, in permanent rivalry for its control. However, competitions which have come to experience since the beginning of the 21st century have increased their intensity. The region's traditional and dominant external powers, the United States, the United Kingdom and France, have recently come up against the growing influence of new external actors. Among them are Russia, China, Turkey, India and Israel. At the same time, several Gulf States seem to have made increasing their power central to their policy on their regional scene, with multiple variations. The objective of this study is to determine the objectives of the power policies deployed in the Gulf in the 21st century by various actors, to define the uses assigned to power in this context, as well as the desired degrees of power by states.