Charles de Sainte-Marthe : la défense de la langue française avant Du Bellay

par Marie LE HIR

Projet de thèse en Doctorat de Lettres Modernes

Sous la direction de Stéphan Geonget.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 13-10-2015 .


  • Résumé

    Charles de Sainte-Marthe (1512-1555) est un poète et un orateur dont les œuvres méritent d’être mises en valeur tant il occupe, dans le champ littéraire de l’époque, une place importante. Son œuvre, essentielle mais méconnue, est emblématique du combat pour la langue française avant Du Bellay. Ce projet de thèse se propose ainsi d’interroger l’œuvre de Sainte-Marthe sous un aspect historique mais également linguistique. En effet, non seulement il publie, dès 1540, son premier ouvrage, la Poésie françoise, qui revendique déjà fortement, ce dont témoigne le titre, une poésie en langue vulgaire, mais également, en 1549, au moment même où paraît la Défense et illustration de la langue française de Du Bellay, Sainte-Marthe compose en latin l’Oraison funèbre de Marguerite de Navarre qu’il traduit lui-même en français. Cette auto-traduction témoigne d’une vive préoccupation pour la constitution d’une prose en langue vulgaire, capable d’égaler la langue latine. En outre, Charles de Sainte-Marthe fait partie du cercle évangélique de Marguerite de Navarre et il est l’un des premiers poètes à faire entendre en France des idées néoplatoniciennes. Les nombreux liens entre les écrits du poète et ceux de Marguerite de Navarre permettront ainsi de réfléchir aux caractéristiques stylistiques d’une poésie néoplatonicienne et évangélique.


  • Pas de résumé disponible.