L'effet hypoalgésique de la manipulation vertébrale

par Margaux Honore

Projet de thèse en Sciences du sport et du mouvement humain

Sous la direction de Olivier Gagey et de Charlotte Leboeuf-yde.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Sciences du Sport, de la Motricité et du Mouvement Humain , en partenariat avec Complexité, Innovation, Activités Motrices et Sportives (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 15-10-2015 .


  • Résumé

    Quelle est la durée et la distribution de l'effet local de la manipulation vertébrale sur le seuil de la douleur ? Projet de thèse proposé par Margaux Honoré, DC, MSc Superviseur principal : Prof. Olivier Gagey Superviseurs additionnels : Prof. Charlotte Leboeuf-Yde and Dr. Mario Millan 24-26 Bd Paul Vaillant Couturier, 94200 Ivry sur Seine, www.ifec.net Background La manipulation vertébrale (MV) est une thérapie manuelle utilisée dans de nombreuses professions de et de la santé. Plusieurs études ont montré que la MV a un effet sur différents types de douleurs expérimentalement induites, notamment en augmentant le seuil de douleur (qui est un seuil de pression) entre 4.8% (Soon et al, 2010) et 44.2% (Fernandez-Carnero et al, 2008). Cependant, ses mécanismes d'action ne sont pas encore clairement définis. Une revue récente de la littérature (Millan et al, 2012) a rapporté 20 études concernant l'effet local de la MV sur la douleur expérimentale produite de multiples façons (méthode simple à complexe), dans la population asymptomatique. Il y a 12/20 études qui ont observé un effet hypoalgésique, alors que les 8/20 autres n'ont pas réussi à montrer un effet direct et significatif. Ces résultats révèlent une grande variété de réactions possibles dans une population asymptomatique face à la douleur expérimentale. Ceci n'est pas surprenant, pour plusieurs raisons : les populations de ces études sont relativement hétérogènes, les outils de mesure sont différents et les méthodes statistiques parfois imprécises. En effet, ces études se basent sur des évaluations de la douleur différentes avec la mesure de seuil de pression (la pression minimale qui va provoquer une gêne), de seuil de douleur (pression minimale qui va provoquer une douleur ou un inconfort (Frank et al, 2013)) ou encore de seuil de tolérance (pression minimale qui va provoquer une douleur insupportable). Par la suite, lorsque l'on cherche l'amplitude de l'effet de la MV, la méthode statistique la plus souvent utilisée est l'analyse de la variance (ANOVA), qui ne donne pas la différence exacte de valeurs, ce qui fait que l'amplitude de l'effet de MV sur le seuil de la douleur n'a pas encore été confirmée. De la même manière, la durée de cet effet local de la MV sur le seuil de la douleur, dans la population jeune et asymptomatique, n'a pas encore été étudiée avec précision. Enfin, il existe une autre inconnue dans l'étude de l'effet local de la MV. C'est la distribution de réaction du seuil de douleur. A notre connaissance, il n'est toujours pas établi quelle est la distribution du seuil de douleur post-MV. Plus d'études dans ces domaines nous aiderait à mieux comprendre les mécanismes de la douleur et de son soulagement avec la MV. Questions de recherche portant sur : - L'effet de la manipulation vertébrale sur le seuil de la douleur - La durée de cet effet - La distribution du seuil de la douleur - Les différentes trajectoires du seuil de la douleur après la manipulation vertébrale

  • Titre traduit

    Hypoalgesic effect of SMT


  • Résumé

    What is the duration and the distribution of the local hypo-algesic effect of the vertebral manipulation on the pressure pain threshold ? PhD proposal by Margaux Honoré, DC, MSc Main supervisor : Prof. Olivier Gagey Additional supervisors : Professor Charlotte Leboeuf-Yde and Dr. Mario Millan 24-26 Bd Paul Vaillant Couturier, 94200 Ivry sur Seine, www.ifec.net Background Spinal manipulation (SM) is a manual therapy that is widely used in several health professions. Several studies have shown that SM has an effect on experimentally induced pain of different types, and also by increasing the pain threshold, between 4.8% (Soon and al, 2010) and 44.2% (Fernandez-Carnero and al, 2008). However, the mechanisms of action are not clearly understood. A recent review of the literature (Millan and al, on 2012) reported 20 studies concerning the local effect of the MV on the experimental pain produced by multiple manners (simple method and complex), in the asymptomatic population. There is 12/20 studies which observed a hypoalgésique effect, while other 8/20 did not manage to show a direct and significant effect. These results reveal a big variety of possible reactions in an asymptomatic population with experimental pain. This is not surprising, for several reasons: the populations of these studies are relatively heterogeneous, measurement tools are different and with sometimes unprecise statistical methods. Indeed, these studies base themselves on different evaluations of the pain : with the measure of the pressure threshold (the minimal pressure which is going to provoke a slight discomfort), the pressure pain threshold (minimal pressure which is going to provoke a pain or a real discomfort (Frank and al, on 2013)) and finally the tolerance threshold (minimal pressure which is going to provoke an unbearable pain). Afterward, when we look for the amplitude of the effect of the MV, the statistical method most often used is the analysis of the variance ( ANOVA), which does not give the exact valuable difference, so the amplitude of the effect of MV on the pressure pain threshold is not yet confirmed. In the same way, the duration of this local effect of the MV on the pressure pain threshold, in the young and asymptomatic population, was not studied yet exactly. Finally, there is another unknown in the study of the local effect of the MV. It is the distribution of reaction of the pressure pain threshold. To our knowledge, it is not still established what is the distribution of the pressure pain threshold post-MV. More studies in these domains would help us to understand better the mechanisms of the pain and its relief with the MV. Reasearch questions on : - The effect of the vertebral manipulation on the pressure pain threshold - The duration of this effect - The distribution of the pressure pain threshold - The various trajectories of reactions of the pressure pain threshold after the vertebral manipulation Study designs : These questions will be tested in a PhD project through several studies using the cross-over design.