L'empreinte militaire dans les villes de frontières entre Meuse et Rhin : comment l'armée façonne l'espace lotharingien (XVIe - XVIIIe)

par Camille Crunchant

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de François Pernot et de Laurent Jalabert.

Thèses en préparation à CY Cergy Paris Université , dans le cadre de Arts, Humanité, Sciences Sociales , en partenariat avec HERITAGE (laboratoire) depuis le 28-09-2015 .


  • Résumé

    L'espace lotharingien, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, se trouve dans une position particulière et complexe. Cerné par deux puissants voisins, le Duché de Lorraine est soumis à leurs intrusions et à leurs ponctions territoriales, qui ne laissent guère de doutes sur leur volonté ultime : l'incorporer à leur propre domaine. « Zone tampon », il est aussi, tout au long de la période, un lieu de conflit, renforcé par le manque de lisibilité d'une frontière fluctuante. En 1766, la Lorraine est finalement rattachée à la France, dont le royaume s'étend désormais jusqu'au Rhin. Cette situation se traduit par une forte présence militaire, qu'il s'agisse de soldats en casernement ou de troupes de passage, et par autant de traces laissées dans les espaces urbains et dans les paysages. La Lorraine se caractérise par la présence de plusieurs villes de garnison. Dans ces villes, l'empreinte militaire s'inscrit à la fois dans le patrimoine bâti et dans la mémoire collective. À l'exemple de Verdun, la mise en défense modèle la ville, autour du développement de fortifications, de casernes, d'espaces d'entraînement, de magasins, d'écuries... Dans les paysages, on peut retrouver la trace de combats, des lignes de fortifications, et le marquage même de la frontière. À partir du patrimoine militaire que nous a laissé cette période, il s'agit d'étudier la façon dont cette histoire s'est construite : traces tangibles, au travers des bâtiments ; empreintes mémorielles ; stabilisation d'une frontière marquée sur le terrain et visible sur les cartes.

  • Titre traduit

    The military imprint in the cities of borders between Maas and the Rhine: how the army shapes the lotharingien space ?


  • Résumé

    Lotharingia, between the sixteenth and the eighteenth century, is in a unique and complex position. Surrounded by two powerful neighbors, the Duchy of Lorraine is subject to their intrusions and territorial punctures, which leave no doubts about their ultimate desire: incorporate Lotharingia in their own territory. It is, as well, a "buffer zone", throughout the period, a place of conflict, reinforced by the lack of clarity of its fluctuating border. In 1766, Lorraine is eventually attached to France, whose kingdom now extends up to the Rhine. This is reflected by a strong military presence, be it of soldiers in barracks or passing troops, and as many traces in urban spaces and landscapes. Lorraine is characterized by the presence of several garrison towns. In these cities, the military footprint fits in both the built heritage and collective memory. As in Verdun, defense development models the town, around the development of fortifications, barracks, training areas, shops, stables ... In landscapes, one can trace fightings' memory, lines of fortifications, and even border marks of that time. From the military heritage left to us, one can study how this story was built: tangible traces, through the buildings; memorial footprints; stabilizing a boundary marked on the ground and visible on the cards.