L’influence de la Nouvelle vague sur la rénovation du cinéma espagnol

par Carlos Cuesta

Projet de thèse en Doctorat de Langue Vivante d'Espagnol

Sous la direction de Alfredo Gomez-Muller.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 16-09-2015 .


  • Résumé

    Les années 50 et 60 constituent une période fondamentale de rénovation des filmographies européennes, juxtaposée à un processus de reconfiguration des structures industrielles des cinématographies nationales après la II Guerre Mondiale, et pour le cas de l’Espagne, après la Guerre d’Espagne. C’est dans ce contexte que surgit en France un courant de nouveaux cinéastes, La Nouvelle vague, qui revendique un cinéma en opposition à la rigidité et au guindage de l’académisme. En Espagne, les Conversations de Salamanque de 1955, survenues en pleine dictature franquiste, portent leur attention sur la nécessitée de dépasser les structures économiques, formelles et idéologiques d’un cinéma espagnol « politiquement inefficace, socialement faux, intellectuellement infime, esthétiquement nul et Industriellement rachitique » (Juan Antonio Bardem). Dans cette tâche, encore inachevée, les nouveaux discours esthétiques et techniques de la Nouvelle vague ont apporté de précieuses ressources aux desseins d’un cinéma espagnol dissident, disposé à montrer une réalité différente de celle imposée par la dictature. Malgré la grande quantité de publications existantes autour de La Nouvelle vague et les multiples références à son influence dans les filmographies européennes, les allusions à son rôle dans la rénovation du cinéma espagnol sont très éparses et pas toujours précises. La littérature cinématographique est pratiquement unanime au moment de considérer la Nouvelle vague comme un référent du Nouveau cinéma espagnol et de l’École de Barcelone ; cependant, l’emprunte que ce courant cinématographique a laissée dans le cinéma espagnol n’a pas été approfondie. En prenant comme objet d’étude les cinématographies française et espagnole des années 50 et 60, et plus précisément les courants rénovateurs présents à cette période, ce projet d’investigation prétend identifier les cinéastes espagnols influencés par la Nouvelle vague ; cette recherche va également démontrer à travers quelles voies et dans quelles circonstances ont-ils pu accéder à cette production et de quelle manière concrète cela a-t-il influencé leur trajectoire professionnelle. De la même manière, en prenant en considération le rôle de porte-parole qu’a exercé la revue Cahiers du cinéma pour ce mouvement français et les membres remarquables qui ont émanés de celle-ci, cette étude prétend analyser comment cette publication spécialisée a-t-elle évalué la rénovation du cinéma espagnol à travers les comptes-rendus de ses pages. En faisant jouer les publications éditoriales et académiques de la cinématographie française et espagnole de la période évoquée, les fonds documentaires d’archives physiques et digitales sur les cinéastes de la Nouvelle vague, du Nouveau cinéma espagnol et de l’Ecole de Barcelone, ainsi que les revues spécialisées de l’époque, notamment Cahier du Cinéma, et en analysant les caractéristiques techniques, esthétiques et thématiques des dites filmographies, cette recherche se propose de contribuer à une définition précise de l’influence de la Nouvelle vague sur le cinéma espagnol et à une récapitulation ordonnée de la critique française sur le cinéma espagnol des années 60, afin de comprendre de quelle manière a-t-elle analysé les efforts du cinéma espagnol pour se joindre à la rénovation de la cinématographie européenne de l’époque.


  • Pas de résumé disponible.