De la distinction des nanosciences et des nanotechnologies. Épistémologie de la construction d’une discipline entre ordre et purification.

par Pierre Henriet

Projet de thèse en Philosophie des sciences

Sous la direction de Vincent Jullien.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de Cognition, Education, Interactions (Nantes) depuis le 07-09-2015 .


  • Résumé

    Lorsque Réaumur explique ses démarches scientifiques, dans son mémoire sur L'art de convertir le fer forgé en acier et l'art d'adoucir le fer fondu paru en 1722, il se questionne sur les relations entre pratique et connaissance théorique. Il repense la métallurgie comme une science à part entière. Cette nouvelle manière d’appréhender ce concept de matériau va inspirer par la suite une communauté de scientifiques qui seront à l’origine de nombreuses découvertes dans cette nouvelle science des matériaux. Si sa construction émerge d’un apport technique, ses fondements théoriques sont-ils consubstantiels à sa technicité pratique ? Et ses critères de réfutabilité technique sont-ils valables dans ce domaine matériel ? Ces questions laissaient place à des débats dès l’Antiquité. Et après l’émergence de cette science des matériaux contemporaine, comment reconsidérer leurs usages aux procédés techniques de plus en plus théoriques ? L’apparition de la technoscience comme réponse semble a priori une façade qui ne définit pas clairement ses entités sémantiques ; il sera intéressant de comprendre l’utilité de cette définition et sa pertinence épistémologique : un des principaux enjeux étant de comprendre la construction cognitive des objets techniques que cette science produit, en identifiant les concepts qui les composent et en vérifiant la place de leurs applications dans les domaines scientifiques et techniques. Pour cela, il sera impératif de prendre en compte les notions historiques afin de mettre la dualité science-technique au cœur de ses conceptions. Un exemple contemporain viendra clore cette étude et remettre en cause l’usage des définitions plus ou moins extensives des nanosciences et nanotechnologies suivant leurs propriétés épistémologiques.

  • Titre traduit

    On the distinction of nanosciences and nanotechnologies. Epistemology of a disciplinarian construction between order and purification.


  • Résumé

    When Réaumur explains his scientific approaches in his essay 'The Art of Converting Forged Iron into Steel and the Art of Softening Cast Iron' in 1722, he questions the relationship between the practical and the theoretical knowledge. He reassesses metallurgy as a science in its own right. This new understanding of the concept of material will consequently inspire an entire community of scientists, that will then go on make numerous decisive discoveries in this new materials science. If its construction emerges from a technical input, are its theoretical foundations consubstantial to its technical practice? And are its criteria of falsifiability valid in this field of materials? Since Antiquity, these questions have been open to debates. After the emergence of this contemporary materials science, how would it be possible to reconsider their uses to the increasingly theoretical technical processes? The appearance of technoscience as an answer seems to be a facade that does not clearly define its semantic entities. It will be interesting to understand the usefulness of this definition as well as its epistemological relevance: one of the key issues is to understand the cognitive construction of the technical objects that science produces while identifying the concepts they consist of and verifying their applications in the fields of science and technology. To achieve this, it will be crucial to consider historical notions and put the science-technology duality at the core of these conceptions. A contemporary example will close this study and challenge the use of more or less extensive definitions of nanosciences and nanotechnologies according to their epistemological properties.