Enquête philosophique sur les formes possibles de démocratisation du système décisionnel de la recherche publique

par Renaud Fine

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Stéphanie Ruphy et de Séverine Louvel.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de Philosophie : Histoire, Créations, Représentations , en partenariat avec Institut de Philosophie de Grenoble (laboratoire) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Qui doit décider, et comment, des grandes orientations et priorités de la recherche scientifique ? Cette interrogation soulève immédiatement une tension dans nos sociétés, entre exigence démocratique de participation des citoyens et exigence épistémique d'expertise scientifique. Le projet traite ainsi du problème de la gouvernance de la recherche dans nos sociétés démocratiques contemporaines. Cette problématique possède une dimension épistémologique dans la mesure où les différentes réponses envisageables présupposent, pour être justifiées, des conceptions et représentations particulières de la science quant à sa nature, ses modes de développement et ses objectifs. Ces réponses doivent aussi s'ancrer dans une analyse et une évaluation des différents systèmes existants de définition et d'implémentation des politiques publiques de recherche. Il s'agira donc d'un travail de recherche à l'interface entre philosophie des sciences, sociologie des sciences et sciences politiques.

  • Titre traduit

    Trying to democratize public scientific policies


  • Résumé

    Who should decide of of the main orientations of scientific research, and how? Asking this question immediately raises a fundamental tension in our societies, between the democratic demand for citizen participation in one hand, and the epistmic requirement of scientific expertise on the other hand. The project therefore deals with the question of the governance of research and science in our contemporary democratic societies. The problem has inherent philosophical dimension given that the different answers that could be given presuppose, to be justified, peculiar conceptions and representations of the inner nature of science as well as of its goals and ways of developing. These answers also need to be rooted in a robust analysis and evaluation of the different existing systems of definition of scientific public policies. The work to be done will therefore have to be undertaken at the meeting point of philosophy of science, sociology of science and political science.