Peuples et groupes sociaux en Arabie du nord-ouest aux époques nabatéenne et romaine

par Jerome Norris

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Saba Fares et de Andreas Gutsfeld.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole Doctorale STANISLAS depuis le 01-09-2014 .


  • Résumé

    Malgré l’unification politique réalisée par les rois de Pétra, le nord-ouest de la péninsule arabique apparait aux époques hellénistique et romaine comme une mosaïque de peuples, communautés ou « tribus » dont les Nabatéens ne représentent que le groupe dominant. Le but de cette thèse est de mettre en relief les caractères de ce cadre ethnographique en exploitant l’épigraphie sémitique (nordarabique et nabatéenne), la littérature classique et les résultats des travaux archéologiques récents. Cette recherche est en outre justifiée par la nécessité de reconsidérer les théories de Van den Branden au sujet des Thamoudéens. De même, de récentes découvertes et étude modernes ont montré qu’il convenait aujourd’hui d’abandonner la méthode consistant à identifier les peuples de la région sur la seule base des écritures locales. Ainsi, l’angle d’approche que se fixe cette thèse est triple. Il s’agit premièrement de s’intéresser à la manière dont ces populations sont définies dans les sources, à la fois par le biais du « regard des autres » qu’expriment les auteurs grecs et latins, que par celui que les intéressés se portent eux-mêmes. Deuxièmement, d’analyser ce qu’est un « peuple » ou une « tribu » dans cette région et de déterminer les réalités socio-politiques que ces notions peuvent recouvrir. Enfin, de dresser un tableau d’ensemble de ces différents groupes, d’identifier les plus importants et de parvenir à les localiser en croissant les différents ensembles documentaires.


  • Pas de résumé disponible.